Actualités viticoles

Côte-d’Or  Les vignerons grêlés veulent des gestes forts de l’État

Publié le mercredi 02 juillet 2014 - 18h31

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Une cinquantaine de vignerons ont manifesté devant la sous-préfecture de Beaune pour souligner l’urgence d’aider leurs collègues victimes de la grêle, certains pour la troisième année consécutive. L’administration s’est montrée très réservée.

À la suite de l’orage de grêle qui a frappé, samedi 28 juin, le vignoble de Bourgogne, une cinquantaine de viticulteurs se sont réunis dès lundi soir devant la sous-préfecture de Beaune (Côte-d’Or). Ils sont venus manifester leur solidarité auprès de leurs collègues vignerons ayant perdu, pour certains, comme à Volnay ou Pommard, une grande partie de leur récolte pour la troisième année consécutive.

Le lendemain, mardi 1er juillet, le nouveau préfet de Bourgogne, Éric Delzant, s’est rendu dans les vignes pour constater les dégâts. La Confédération des appellations et vignerons de Bourgogne (CAVB) en a profité pour demander des aménagements fiscaux, douaniers et administratifs : autorisation d’achats de vendange, indemnisation des pertes de fonds, reconduction du VCI, report voire exonération de cotisations MSA, chômage partiel des salariés…

L’administration a promis la mise en place d’un comité de suivi de crise. Mais la sous-préfète à Beaune, Anne Frackowiak-Jacobs, a écarté d’emblée la reconnaissance de tous les villages touchés en état de catastrophe naturelle.

EN ATTENTE DE « GESTES FORTS »

Le bilan actuel fait état de 3 000 ha concernés, en attendant le passage des experts. Et le préfet a ajouté que l’administration attendrait les déclarations de récolte avant de trancher.

Le président de la CAVB, Jean Michel Aubinel, a rappelé que « dans ce contexte de désarroi, il est nécessaire que des gestes forts soient faits, notamment par la MSA ».

L’an dernier, lors d'événements similaires, les vignerons n’avaient obtenu que « des dégrèvements individuels de la taxe du foncier non-bâti », a rappelé Aubert Lefas, responsable du service accompagnement de la CAVB.

Vu l’accumulation des catastrophes climatiques, les Bourguignons demandent maintenant un « véritable soutien de l’État et de ses administrations ».

Cédric Michelin

Ces articles peuvent également vous intéresser

Ardèche 
Les orages du 20 juillet ont abîmé 250 ha de vignes

Publié le 23 juillet 2014

Tour des vignobles 
État favorable mais la grêle inquiète

Publié le 17 juillet 2014

Grêle dans l’Aude
Le déficit de récolte fait craindre des tensions sur les marchés

Publié le 11 juillet 2014

Grêle dans l’Aude et l’Hérault 
Le Foll mobilise les services de l’État

Publié le 09 juillet 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin