Actualités viticoles

Côte-d’Or, Champagne De spectaculaires dégâts d’échaudage

Publié le vendredi 01 août 2014 - 09h55

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

A la mi-juillet, ces deux vignobles ont connu un épisode de chaleur intense provoquant d'importantes pertes par échaudage dans les parcelles les plus touchées.

Dégâts d’échaudage dans une vigne en Côte-d’Or. Photo : Grégory Patriat

Dégâts d’échaudage dans une vigne en Côte-d’Or. Photo : Grégory Patriat

Le 18 juillet, la Bourgogne et la Champagne ont connu un pic de chaleur par une journée parfaitement ensoleillée. Météo-France a enregistré 34,5°C sous abri à Dijon et 33 °C à Reims alors que la nuit précédente avait été fraîche. Bien des grappes portent les stigmates de ce coup de chaud.

« Les baies ont subi un choc. Leur peau a tout de suite brûlé. Aujourd'hui, elles ont desséché et elles se mettent à tomber. On voit des coups de soleil impressionnants », constate Grégory Patriat, acheteur de raisin et vinificateur pour la marque Jean-Claude Boisset.

Son travail l'amène à parcourir la Côté-d'Or. Il achète en effet la récolte d'une quarantaine d'hectares à une trentaine de vignerons. Partout où il passe, il constate des dégâts d'échaudage. « J'ai vu des vignes où tous les raisins exposés au soleil ont grillé. Dans ces cas, cela peut représenter de 15 à 20 % de perte de récolte. Et souvent, c'est un bon 10 % de pertes. Les vignes effeuillées au sud sont les plus marquées. Et c'est plus spectaculaire sur les rouges car on le voit plus facilement. »

En poste depuis vingt ans, l'acheteur estime que ce phénomène est plus fréquent depuis sept ou huit ans.

Conseiller viticole à la chambre d'agriculture de la Côte-d'Or, Pierre Petitot, confirme : « L'échaudage s'est produit à la mi-juillet. Il est généralisé sur tout le département. Il est plus marqué sur le côté du soleil couchant. Il peut y avoir jusqu'à 20 à 30 % de perte de récolte. »

Le même phénomène touche la Champagne. « Nous avons beaucoup d'échaudage, témoignage Mathieu Liebart, directeur du GIE de lutte raisonnée Magister. On en trouve dans toutes les parcelles. Le phénomène s'est produit à la mi-juillet au moment de la fermeture des grappes. Aujourd'hui, les baies sèchent et tombent. »

Quant à l'impact de ces grillures sur la récolte de ces deux vignobles, personne n'est en mesure de l'évaluer.

 

Bertrand Collard

Ces articles peuvent également vous intéresser

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin