Actualités viticoles

Consommation au restaurant La vente du vin au verre se généralise

Publié le vendredi 28 janvier 2011 - 16h07

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le cabinet CHD expert relève une forte progression du service du vin au verre depuis deux ans : aujourd'hui neuf établissements sur dix le proposent. « Cette tendance devrait encore se développer, se diversifier et entraîner une augmentation du prix du vin au verre. Le service du vin au verre correspond aujourd'hui à une nouvelle tendance de consommation », assure Nicolas Nouchi, du cabinet CHD Expert, habitué à sonder le secteur de la restauration notamment pour FranceAgriMer et le CNIV (Comité national des interprofessions viticoles).

Vente de vin au verre © J.-C. GRELIER

Vente de vin au verre © J.-C. GRELIER

Chaque année, ce spécialiste envoie un questionnaire à 6 000 établissements de la restauration commerciale française afin de faire le point sur leurs pratiques. La dernière enquête montre une généralisation de la vente de vin au verre : « Aujourd'hui, neuf restaurants sur dix le proposent.

En moyenne, quatre appellations différentes sont référencées. Le prix moyen s'élève à 3,1 €, l'unité », poursuit Nicolas Nouchi. La fourchette de prix est assez serrée puisqu'en général elle se situe entre 4,8 €, le verre pour le vin le plus cher et 2,7 € pour le moins cher.

La crise et la peur du gendarme semble être à l'origine de cette forte tendance. Avec un verre, voire deux, le consommateur sait qu'il reste dans les clous en cas d'alcootest et le coût sur son addition reste limité.

Pour le restaurateur, ce service est aussi intéressant car « le vin au verre est le point d'ancrage de la relation créée avec le consommateur. C'est une manière de communiquer avec ses clients et de se différencier de la concurrence », explique Nicolas Nouchi.

C'est la raison pour laquelle, cet expert table sur un développement de ce service dans les années à venir : « On va aller vers plus de diversité et cela devrait aussi se traduire par une augmentation des prix proposés. »

Interviewé par l'Agence France presse lors du Sirha, le salon de la restauration qui se tenait à Lyon la semaine dernière, le directeur adjoint de la sommellerie chez Alain Ducasse Entreprise confirme ce sentiment et témoigne : « Dès qu'on monte en gamme, le vin devient une vraie source de chiffre d'affaires. Si vous proposez à un client un verre de côtes-du-rhône ou de gamay, il peut ne pas en avoir envie. Mais si vous lui proposez un gevrey-chambertin ou un meursault, vous avez plus de chance de le lui vendre. »

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Réglementation du vin au verre
« L’administration doit nous laisser le temps de nous retourner »

Publié le 11 février 2011

Vin au verre
Il faut bien des verres gravés

Publié le 10 février 2011

Rappel à l'ordre des Fraudes
La vente au verre en restauration nécessite un verre gravé

Publié le 08 février 2011

Ventes en restauration
Une nouvelle marque conçue pour le service du vin au verre

Publié le 22 décembre 2010

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin