Actualités viticoles

Congrès de la Cnaoc Les critiques fusent contre l'Inao

Publié le vendredi 20 mai 2011 - 17h33

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

« Tout le monde s’énerve avec la question des contrôles », signale un participant au congrès de la Cnaoc, le 18 mai. Et pour cause : l’Inao reproche à plusieurs ODG et organismes d’inspection de ne pas avoir pleinement rempli leur mission en 2009. Il estime qu’ils n’ont pas contrôlé assez de vignes, ni assez de viticulteurs cette année-là. L’institut a menacé certains d’entre eux de leur appliquer des « manquements ». Et il a demandé de réaliser en 2011 les contrôles qu’ils n’ont pas faits il y a deux ans, afin de rattraper le retard.

Beaucoup de responsables professionnels présents au congrès ne parlaient que de cela, en coulisse. La Cnaoc a rejeté l’idée que l’un de ses membres subisse un « manquement » et plus encore celle de rattraper le retard de contrôles de 2009.

« Nous demandons des contrôles intelligents, ajoute Gérard Boesch, vice-président de la Cnaoc. Lorsqu’on a prévu de contrôler la charge sur 20 % des vignes, mais qu’il y a de la coulure, c’est idiot de vouloir maintenir ce taux de contrôle. Mieux vaut porter les efforts ailleurs. Nous voulons également que les contrôles soient faits par des gens qui s’y connaissent. »

De son côté, l’Inao rappelle qu’il est de son rôle de faire respecter les règles afin d’assurer un traitement équitable pour tous. Il devrait rapidement faire « des propositions » aux responsables professionnels pour sortir de l’impasse.

Du coup, les critiques contre l’Inao fusent. Les uns lui reprochent le nombre infini de corrections et de relectures avant d’aboutir à la version définitive des cahiers de charges. D’autres soutiennent que le texte paru au « Journal officiel » n’est pas en tout point identique à celui qui était convenu. D’autres encore rappellent qu’ils se sont fait imposer des règles contre lesquelles ils avaient voté en assemblée générale.

« L’administration a profité du fait que nous ayons le dos tourné, occupés à mettre en place le nouveau système de contrôle des AOC pour prendre le pouvoir à l’Inao », s’est emporté Pierre Aguilas, président de la Cnaoc, lors de la conférence de presse à l’issue du congrès.

À ces critiques, l’Inao répond qu’il a travaillé de façon à ce que les cahiers des charges soient recevables par les autorités européennes.

Autre sujet de friction, récurent celui-là : le financement de l’Inao. « Pour la première fois cette année, la dotation de l’État ne couvre pas l’intégralité des charges de personnel, a souligné Pierre Aguilas lors de son discours de clôture du congrès. Nous demandons que 1 % des droits de circulation soient affectés au budget de l’Inao. » Ce qui représenterait au moins un million d’euros, les droits sur les seuls vins tranquilles s’élevant, selon lui, à 100 millions d’euros.

Puis, lors de la conférence de presse, Pierre Aguilas a également souligné que les vins AOC apportent 85 % de la part professionnelle du budget de l’Inao et estimé qu’un rééquilibrage avec les autres produits était nécessaire.

B. C.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Comité national de l’Inao
La fin des VDQS

Publié le 23 mai 2011

Comité national de l’Inao
La mise en bouteille à la propriété tenue en échec

Publié le 20 mai 2011

La protection des AOC
Le nouveau combat de la Cnaoc

Publié le 19 mai 2011

Droits de plantation
Un grand pas pour leur maintien avec le soutien de l'Espagne

Publié le 13 mai 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (1)

inao

jeudi 26 mai 2011 - 13h04

Quel "bordel" Les mots cles : contrôle, manquement,...et sans oublier FINANCEMENT. C'est un ras le bol général, on se croirait en URSS avant la chute du mur.......une agriculture générale dirrigée par Moscou (inao). A part de nourrir "une machine à gaz", quel intérêt pour le commerce de nos vins ? Ca suffit ! Le bénéfice des viticulteurs par dans ces assos à nourrir des planqués qui, pour unre grande partie (expérience vécue) ne connaît pas grand chose a l'economie viticole......

gueyledier
Voir son profil

Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin