Actualités viticoles

Congrès de la CFVDP Un débat animé sur les droits de plantation

Publié le vendredi 22 juin 2012 - 11h02

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

Le congrès du 21 juin a été aussi l’occasion d’une table ronde sur les droits de plantation à laquelle participait Hermanus Versteijlen, le directeur de l’économie des marchés agricoles de la Commission européenne. Jean-Louis Salies, président du Cniv, a comparé les droits de plantations à la pilule contraceptive qui « n’empêche pas d’avoir des enfants, mais permet de choisir quand et combien on en a ».

Hermanus Versteijlen (à droite), représentant de la Commission européenne, participe au groupe de travail de haut niveau sur les droits de plantation. © A. AUTEXIER

Hermanus Versteijlen (à droite), représentant de la Commission européenne, participe au groupe de travail de haut niveau sur les droits de plantation. © A. AUTEXIER

Pour Jacques Gravegeal, président de l’IGP Pays d’Oc, les « droits de plantation sont une régulation bienvenue car elle ne coûte rien au contribuable européen ».

De son côté, le haut fonctionnaire a su faire preuve d’un flegme, teinté d’humour, pour répondre à ces vignerons bien remontés. Il a rappelé qu’à l’origine, le système des droits de plantation était censé être temporaire. Et d’ajouter : « Il a été renouvelé dix fois depuis… » Il a aussi rappelé qu’en « 2008, il y avait un accord global » pour mettre fin au système en 2016.

Un représentant corse a critiqué le fait que la Commission européenne n’a fait aucune projection sur les surfaces qui pourraient être plantées après la libéralisation des plantations. Le représentant bruxellois s’est voulu rassurant.

Il a affirmé que les plantations « ne devraient pas exploser », ajoutant : « Quand un vigneron a des droits en portefeuille, il ne les utilise pas s’il n’a pas de marché en face… »

Pour Hermanus Versteijlen, la libéralisation des plantations doit permettre aux entreprises viticoles européennes de « gagner en compétitivité pour reconquérir des parts de marché » à l’export. Et d’appuyer son propos en citant le cas de ces investisseurs européens qui partent planter au Chili au lieu d’investir, par exemple, en France…

À défaut de rapprocher des points de vue, le débat a permis à chacun d’exposer ses convictions.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Droits de plantations
Le négoce prône une régulation par les interprofessions

Publié le 14 mars 2012

Droits de plantation
1 200 conseils municipaux opposés à la libéralisation

Publié le 13 février 2012

Visite en Alsace
Bruno Le Maire consensuel et prudent

Publié le 10 février 2012

Droits de plantation
La République tchèque s’oppose aussi à leur libération

Publié le 10 juin 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin