Actualités viticoles

Communication  Beaujolais nouveaux, au pluriel s’il vous plaît !

Publié le mardi 27 octobre 2015 - 13h52

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Pour sa campagne de promotion du beaujolais nouveau 2015, Inter Beaujolais met l’accent sur la diversité de ses vins. L’interprofession diffusera 300 spots sur les radios nationales qui vanteront leur élaboration artisanale.

La nouvelle affiche conçue par l’agence TBWA.

La nouvelle affiche conçue par l’agence TBWA.

Il n’y a désormais plus « un » mais « des beaujolais nouveaux ». « Il fallait rappeler que le beaujolais nouveau, ce n’est pas un vin unique, mais des vins issus de milliers de petits récoltants, ayant chacun sa spécificité », justifie Thierry Passemard, de l’agence TBWA, avec qui Inter Beaujolais, l’interprofession, a travaillé pour cette nouvelle campagne. Le pluriel a donc été inscrit sur l’ensemble des supports de communication qui seront distribués aux CHR et aux caves particulières.

LE TRAVAIL DES VIGNERONS À L’HONNEUR

Autre constat, « les gens qui font le vin, le terroir et les méthodes de vinification originales qu’il y a derrière ont été un peu oubliés », poursuit l’expert en communication. Pour y remédier des vignerons ont prévu de se rendre à Paris le jour de la sortie des primeurs, le jeudi 19 novembre, pour présenter ce nouveau millésime.

UN BUDGET DE COMMUNICATION EN HAUSSE

Inter Beaujolais va également diffuser 300 spots publicitaires sur les radios nationales où « l’élaboration artisanale des vins » sera mise en avant. Pour prolonger la période de consommation – qui a tendance à se raccourcir –, la campagne radiophonique s’étalera pour la première fois sur deux semaines. Le choix de l’univers de l’horlogerie enfin, repris sur l’ensemble des supports, permet d’exprimer « qu’il faut du temps, de la passion et de la minutie, pour parvenir à produire ces vins ».

Espérons que ces messages parviendront à changer l’image du primeur beaujolais auprès des consommateurs. Car l’enjeu est de taille : le budget a été multiplié par deux par rapport à 2014, passant à 700 000 €, pour relancer les ventes de beaujolais nouveaux qui ne cessent de s’éroder au fil des ans.

Juliette Cassagnes
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Beaujolais nouveau 
Faire la fête malgré tout

Publié le 20 novembre 2015

Beaujolais nouveau 
Baisse des échanges en vrac

Publié le 22 octobre 2015

Communication
Un rugbyman pour promouvoir les engrais Frayssinet

Publié le 18 septembre 2015

Communication 
Trois JT pour un château

Publié le 27 août 2015

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin