Actualités viticoles

Commerce avec la Chine La ministre rassurante

Publié le vendredi 21 juin 2013 - 15h14

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

En réponse à une question d’actualité posée par le sénateur girondin Gérard César, Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, a affirmé que le secteur viticole ne reçoit aucune aide directe à l’exportation. Il ne bénéficie donc pas de mesures de dumping, contrairement aux reproches adressés par les autorités chinoises. La ministre est donc confiante sur l’issue du dossier.

Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur. © J. THYS/AFP

Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur. © J. THYS/AFP

« Dans le Bordelais, nous avons la preuve formelle que certains importateurs chinois ont déjà pris des mesures coercitives qui se concrétisent par des non-livraisons de containers de vin en Chine. » Les propos tenus par le sénateur girondin Gérard César, le 20 juin, reflète bien l’inquiétude de la profession viticole bordelaise face à de possibles mesures de rétorsions sur les exportations européennes de vin.

Dans sa question d’actualité posée à la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq, le parlementaire rappelle quelques chiffres clés : « La France, premier fournisseur avec un million d’euros et 140 millions de litres de vin vendus en 2012, pourrait subir de plein fouet ce qui n’est pas encore une guerre commerciale mais pourrait le devenir. Le bordeaux est le principal vin importé en Chine, avec 20 % de sa production. »

La réponse de la ministre a été concise et claire : « Le secteur [viticole] ne reçoit pas d’aides directes à l’exportation. Donc nos vins ne bénéficient pas de mesures de dumping. Les seuls soutiens apportés concernent l’amélioration du vignoble et la promotion des indications géographiques. Ce type de mesure n’est pas de nature à distorde les marchés internationaux. Ni la Chine, ni l’Union européenne n’ont intérêt à une guerre commerciale. [...] Nous ne sommes pas dans une logique de surenchères ou d’escalade, nous sommes dans une logique de transparence. »

La ministre s’est dite confiante et sereine sur l’issue des négociations.

Le début d’entretiens entre la Chine et l’UE au niveau ministériel sur le dossier des panneaux photovoltaïques, à l’origine des menaces de rétorsions sur les vins européens, a été annoncé le 21 juin. Ces entretiens « vont passer en revue ce qui s’est déroulé dans l’année écoulée dans les relations commerciales bilatérales et examiner comment résoudre les problèmes », a expliqué le porte-parole du ministre chinois du Commerce, Shen Danyang.

Selon son homologue de l’Union européenne, John Clancy, « des discussions confidentielles au niveau technique » ont débuté cette semaine à Bruxelles « afin de parvenir à un règlement négocié ».

Aurélia Autexier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Exportations en Chine
L’urgence de l’enregistrement

Publié le 10 juillet 2013

Bourgogne
Vers une campagne record

Publié le 08 juillet 2013

Chine
Début de l'enquête antidumping sur le vin européen importé

Publié le 02 juillet 2013

OCM 
Inter Oc aide ses membres à décrocher des aides

Publié le 26 juin 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin