Actualités viticoles

Comité national de l’Inao La mise en bouteille à la propriété tenue en échec

Publié le vendredi 20 mai 2011 - 15h07

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Déception dans les rangs des défenseurs de l'obligation de la mise en bouteille à la propriété. Le 19 mai, ils ont perdu une bataille devant le comité national des vins AOC de l'Inao.

Mise en bouteille à la propriété, à Bordeaux. © M. BALUE

Mise en bouteille à la propriété, à Bordeaux. © M. BALUE

Le Comité des vins AOC a refusé le projet de cahier des charges de Savennières Coulée de Serrant et de Savennière Roche aux Moines. Les producteurs de ces vins voulaient imposer la mise à la propriété et en bouteilles en verre. La DGCCRF s'y est opposée. Le comité national l'a suivie.

Pourtant, il n'y a pas de marché du vrac pour ces vins. Il n'y a qu'un seul producteur de Coulée de Serrant et huit producteurs de Roche aux Moines. L'affaire semblait donc entendue, car sans enjeu économique entre production et négoce.

La DGCCRF ne l'a pas vu ainsi. Pour elle, l'obligation de mettre en bouteille à la propriété ne peut se justifier que par des raisons de préservation de la qualité ou de la typicité des vins. Sinon, c'est une entrave à la liberté du commerce. Ce principe est imposé par la réglementation communautaire. L'administration française veille à le faire respecter. Elle estime qu'il s'applique à tous, même lorsqu'il n'y a pas de marché du vrac. C'est du moins ce que la DGCCRF a dit au comité national.

Mais l'administration a également en tête l'avertissement proclamé par les négociants prêts à lancer des recours contre les cahiers des charges qui imposeront la mise à la propriété sans fondement.

Lors du comité, la discussion a également porté sur l'inconvénient pour les producteurs eux-mêmes d'une telle mesure. Un participant a estimé que cette contrainte pouvait mettre en cause des projets de reprise d'une propriété, si le repreneur ne souhaite pas vendre en bouteilles.

Les producteurs angevins doivent maintenant revoir leur copie : soit abandonner leur idée, soit trouver des arguments techniques et qualitatifs indiscutables pour la défendre au comité national de septembre.

Pour l'instant, Coulée de Serrant et Roche aux Moines sont deux dénominations géographiques complémentaires de l'AOC Savennières. Les producteurs veulent en faire des appellations à part entière. C'est à cette occasion qu'ils demandent l'obligation de la mise à la propriété.

B. C.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Comité national de l’Inao
La fin des VDQS

Publié le 23 mai 2011

Congrès de la Cnaoc
Les critiques fusent contre l'Inao

Publié le 20 mai 2011

Controverse
« Il faut des porteurs de mémoire dans les jurys du Concours général agricole »

Publié le 23 mars 2011

Champagne
Lancement de la révision parcellaire

Publié le 18 février 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin