Actualités viticoles

Cognac  Un automne trop doux

Publié le mercredi 14 décembre 2011 - 11h08

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

En Charentes, l’automne est si doux que les vignes tardent à perdre leurs feuilles tandis que des bourgeons gonflent encore. Les viticulteurs, déroutés, interrogent la station viticole du BNIC pour connaître les conséquences de cette activité tardive de la vigne et savoir s’ils doivent ou non lancer la taille.

Les viticulteurs à Cognac subissent un automne trop doux. © P. ROY

Les viticulteurs à Cognac subissent un automne trop doux. © P. ROY

La réponse de Vincent Dumot, qui travaille à la station, est au diapason de cet automne inhabituel : « Il est difficile d’apprécier ce qui est en train de se passer. » Il souligne cependant que ce sont les yeux en bout de sarment qui repartent, et ce sur des sarments encore verts. Il ne s’agit donc pas de bourgeons allant à la taille. « L’activité actuelle de la vigne est plutôt un reliquat d’activité qu’un véritable débourrement. »

Vincent Dumot rappelle aussi que les réserves sont d’ores et déjà constituées. Mais le gonflement des bourgeons fait craindre qu’elles soient déjà sollicitées. Ce qui pourrait se traduire par un léger déficit au printemps prochain et par une éventuelle baisse des taux de débourrement, « sans qu’on sache estimer quel pourrait être le préjudice. Cependant, même si une telle douceur est exceptionnelle, nous avons déjà vu des automnes doux et des bourgeons qui gonflent à cette période de l’année. »

Quant à savoir s’il faut tailler ou attendre, sa réponse est claire : « On peut tailler la vigne même avec des feuilles. Si cela se fait seulement une année, c’est sans conséquence. L’important, c’est de ne pas le refaire tous les ans. »

Le prétaillage est parfois plus compliqué, du fait de la présence de feuilles et de sarments encore en sève. « Cela produit de la bouillie et ne facilite pas le travail… »

Le climat trop clément complique aussi le travail des pépiniéristes. La présence de feuilles gêne l’arrachage des plants. Et ces feuilles font craindre pour la suite un risque de moisissure.

Un autre problème est celui d’une possible mortalité des pieds de vigne plantés cette année. Ces plants ont subi fin septembre une sévère attaque de mildiou qui a provoqué leur défoliaison complète alors qu’ils « n’étaient pas aoûtés comme il faut, constate Didier Jallet, pépiniériste en Charente. La crainte est d’avoir une grosse gelée sur des plantes qui n’ont pas bien effectué leur mise en réserve et la mortalité que cela entraînerait. » À la taille, il faudra donc les raccourcir un peu plus que d’habitude.

M. G.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Champagne
La douceur de l'hiver inquiète les vignerons

Publié le 04 janvier 2012

Gironde 
Sortie de la plaquette « Réussir ses plantations »

Publié le 16 décembre 2011

Maladies du bois de la vigne 
L’eutypiose régresse

Publié le 14 décembre 2011

Inondations dans le Var
De gros dégâts dans les vignes

Publié le 06 décembre 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin