Actualités viticoles

Cognac Trop de demandes de plantations nouvelles en vins sans IG

Publié le mercredi 27 mai 2015 - 11h14

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’Union générale des vignerons pour l’AOC Cognac (UGVC) s’étonne de très nombreuses demandes d’autorisations de plantation en vins sans IG. Le syndicat veut enquêter pour écarter la possibilité que ces vignes produisent, à terme, du cognac.

L’UGVC s’étonne des demandes élevées d’autorisations de plantations nouvelles en vins sans IG dans le cognaçais. ©S.CHAMPION

L’UGVC s’étonne des demandes élevées d’autorisations de plantations nouvelles en vins sans IG dans le cognaçais. ©S.CHAMPION

À Cognac, les demandes d’autorisations de plantation en vins sans indication géographique atteignent 850 hectares. Cette surface est très largement supérieure au contingent voté par le conseil de bassin en février dernier, soit 300 hectares pour l’ugni blanc et 100 hectares pour les autres cépages.

L’Union générale des viticulteurs pour l’AOC Cognac (UGVC) s’interroge sur cet engouement qui lui paraît « suspect ». Le syndicat prévient qu’il va mener l’enquête, car la rentabilité de la production de vins sans indication géographique à partir d’ugni blanc est loin d’être attractive. Le prix d’achat est aujourd’hui de 30 à 40 euros/hl et le rendement moyen est de 200 hl/ha, selon les chiffres du syndicat.

« Le prix de revient est de 6 500 euros/ha. La production est donc déficitaire de 1 500 euros/ha. Nous ne comprenons pas que des viticulteurs fassent autant de demandes de plantation pour une production qui n’est pas rentable », s’étonne l’UGVC.

DES PLANTATIONS DESTINÉES EN FAIT AU COGNAC

Selon l’organisation, ces demandes pourraient concerner des plantations destinées en fait à produire, à terme, du cognac. « Ce sont des volumes que nous n’avons pas pris en compte dans notre plan de gestion de la production. D’ailleurs, cette année, le contingent de plantation en cognac est nul », explique l’UGVC. Les plantations en vins sans IG pourraient ainsi bousculer l’équilibre prévisionnel du marché, ce qui est inacceptable pour les producteurs.

L’UGVC demande une révision à la hausse des prix des vins sans IG. « Un cours équivalent à celui constaté sur le chardonnay (soit 60 à 70 euros/hl) serait un peu plus sérieux. » Le syndicat menace également de s’opposer à toutes les demandes de plantations en ugni blanc l’année prochaine, si ses suspicions s’avèrent exactes.

Marion Ivaldi
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cognac
Les exportations repartent à la hausse

Publié le 28 mai 2015

Charentes
Un contrat novateur pour lancer une filière de vins sans IG

Publié le 27 mars 2015

Cognac 
Le Tribunal européen rejette le recours de 31 viticulteurs

Publié le 19 mars 2015

Cognac 
Pas de demande de plantations nouvelles en 2015

Publié le 27 février 2015

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin