Actualités viticoles

Changement climatique  L’Inra prévoit ce qu’il faudra planter dans trente ans

Publié le mardi 05 mai 2015 - 14h39

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’Inra de Pech Rouge (Aude) vient de présenter un outil d’évaluation du potentiel qualitatif d’une vigne selon le climat, le sol et le mode de conduite. En bref, un outil pour savoir quoi planter, où et comment dans trente ans.

Lors de la 7e Journée des sciences de la vigne et du vin : Alain Carbonneau (à gauche), ex-professeur à MontpellierSupAgro, et Philippe Abbal (à droite).

Lors de la 7e Journée des sciences de la vigne et du vin : Alain Carbonneau (à gauche), ex-professeur à MontpellierSupAgro, et Philippe Abbal (à droite).

Lors de la 7e Journée des sciences de la vigne et du vin, Philippe Abbal, chercheur à l’Inra de Pech Rouge (Aude), a présenté un outil qui évalue l’aptitude d’une région à produire du raisin de qualité dans le futur. « Il nous indique où planter dans 30 ans, affirme Alain Carbonneau, ex-professeur à MontpellierSupAgro. Partant de ces prédictions, certains peuvent d’ores et déjà acheter des parcelles suspectées d’être qualitatives dans le futur. Une entreprise catalane l’a déjà fait. »

Le modèle permet de simuler l’impact du changement climatique en jouant sur trois indices climatiques viticoles : l’indice de sécheresse, l’indice de Huglin et l’indice de fraîcheur des nuits. Il s’applique à des situations très concrètes.

Le 30 avril, lors de sa conférence, Philippe Abbal a pris pour exemple Montpellier, dans l’Hérault, et Palerme, en Sicile (Italie). Il a expliqué que dans 30 ans, le climat de Montpellier sera similaire au climat actuel de Palerme. Aujourd’hui, les indices climatiques moyens de Montpellier sont de -50 mm pour l’indice de sécheresse, 2336 pour indice de Huglin, et 15,2 °C pour la fraîcheur des nuits. Dans 30 ans, ils pourraient respectivement passer à -139 mm, 2528 et 19,3 °C, c’est-à-dire ceux de Palerme aujourd’hui.

L’IRRIGATION SERA INCONTOURNABLE

Philippe Abbal a appliqué ces valeurs à une syrah non-irriguée, greffée sur du 140R, conduite en lyre sur un sol limoneux et peu argileux à pH 6,8, riche en nutriments et possédant une bonne profondeur utile.

Dans les conditions actuelles, le modèle calcule un potentiel qualitatif de 0,89 (note sur 1) pour cette syrah soumise aux indices climatiques de Montpellier, alors que ce potentiel n’est que de 0,11 pour la même plantation à Palerme. Avec le réchauffement climatique, la parcelle montpelliéraine subira donc un très fort recul de son potentiel qualitatif.

Si on irrigue cette syrah, son potentiel passe de 0,89 à 0,98 à Montpellier et de 0,11 à 0,89 à Palerme. L’irrigation apparaît donc comme un moyen d’améliorer immédiatement la qualité à Montpellier et de remédier au réchauffement futur.

Dès aujourd’hui, le potentiel qualitatif palermitain atteint même 0,98 lorsque l’on plante cette syrah dans une zone où l’indice de fraîcheur des nuits est tempéré (entre 14 et 18 °C), qu’on l’irrigue et qu’on la vendange tardivement. D’après ce modèle, si on veut obtenir des syrahs de grande qualité à Montpellier dans 30 ans, il faudra les planter dans des zones où les nuits sont tempérées, et l’irrigation sera incontournable.

UN LOGICIEL BIENTÔT DISPONIBLE

Le modèle de l’Inra calcule le potentiel qualitatif des vignes à partir de plusieurs variables regroupées au sein de cinq grandes catégories : zone géographique, propriétés physiques et chimiques du sol, système de culture et matériel végétal. Ces variables sont insérées dans un réseau bayésien, modèle graphique probabiliste, et reliées à une table de probabilités d’occurrences. Elles sont finalement traitées par un moteur d’inférences et un logiciel développé par l’Inra.

Il sera disponible fin 2015. Selon Alain Carbonneau, ce modèle nécessite encore quelques ajustements mais sera bientôt applicable à tous les vignobles.

Marion Bazireau La Vigne - Vitisphère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cépages résistants 
Pech Rouge fait déguster ses premières cuvées

Publié le 22 avril 2015

Bordeaux
Cinq risques sanitaires émergents sous surveillance

Publié le 04 février 2015

Climat
Bordeaux et la vallée du Rhône menacés dès 2050

Publié le 09 avril 2013

Alsace
Inauguration d’une plateforme de vinification expérimentale

Publié le 05 septembre 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin