Actualités viticoles

Champagne Non à un projet d'interdiction de fertiliser les vignes en pente

Publié le vendredi 12 avril 2013 - 12h06

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le Syndicat général des vignerons de Champagne s'élève contre un projet d'arrêté qui interdirait tout apport azoté sur les pentes de plus de 15 %. Le ministère de l'Agriculture s'apprêterait à prendre cette mesure pour satisfaire aux injonctions de la Commission européenne qui accuse la France de ne pas respecter la directive Nitrates en vigueur depuis 1991.

Pascal Férat, président du Syndicat général des vignerons de Champagne. © J.-M. LECLERE

Pascal Férat, président du Syndicat général des vignerons de Champagne. © J.-M. LECLERE

« 40 % du vignoble champenois est concerné par un projet d'arrêté qui interdirait tout apport d’azote sur les pentes de plus de 15 % pour satisfaire à la directive européenne Nitrates, explique Pascal Férat, président du Syndicat général des vignerons de Champagne (SGV).

Ce projet d'arrêté vient mettre à mal les techniques mises en place avec succès pour lutter contre l’érosion, à savoir l’enherbement et l’apport d’écorces ou de rafles. » La première pratique, nécessitant des apports azotés pour compenser la concurrence de l'herbe, se verrait de facto limitée. Quant à l’apport d’écorces ou de rafles, ces deux autres techniques de lutte contre l’érosion seraient interdites selon le projet qui circule.

Trois vignobles sont dans le champ d’application du texte : le Beaujolais, l’Alsace et la Champagne.

Le SGV espérait pouvoir rencontrer le ministre de l'Agriculture à ce sujet lors du congrès de la FNSEA qui s'est achevé le 28 mars. Mais le rendez-vous prévu a été annulé. Mardi 16 avril, le syndicat attendait toujours que le ministère lui accorde un autre rendez-vous.

« Il y a deux issues possibles, estime Pascal Férat. Soit retirer la vigne du projet d'arrêté, soit, par défaut, en retirer certains engrais. » Le SGV souligne que dans l’état actuel du texte, l’épandage de fumier, pratique courante chez les viticulteurs bios, est interdit.

Aude Lutun

Ces articles peuvent également vous intéresser

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin