Actualités viticoles

Champagne Le vol de capsules, une plaie

Publié le mardi 15 mai 2012 - 12h11

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le mercredi 9 mai, les gendarmes de Reims et d’Épernay (Marne) ont arrêté une quinzaine de personnes pour en écrouer trois dans le cadre d’un trafic de capsules-congés. Cette opération fait suite aux vols perpétrés en 2010 chez deux fabricants de capsules, Amcor et Sparflex, basés près d’Épernay. L’occasion de faire le point sur ce problème.

Les saisies de la section de recharches de Reims. © Champagne-ardenne.france3.fr

Les saisies de la section de recharches de Reims. © Champagne-ardenne.france3.fr

Le vol de capsules-congés est assez fréquent en Champagne, ces capsules étant très prisées des fraudeurs auxquels elle permet de vendre des vins produits en dépassement des rendements. Mais souvent, les vols portent sur de très petites quantités et sont perpétrés chez des viticulteurs.

En 2010, le problème prend une tout autre ampleur. Cette année-là, 109 000 capsules sont dérobées chez deux fabricants de capsules, Amcor et Sparflex, basés près d’Épernay. « Les voleurs étaient très bien organisés. Ils n’ont pas hésité à utiliser des voitures bélier », précise le capitaine Nicolas Weimer, en charge de la communication de la gendarmerie de la région Champagne-Ardenne. Les gendarmes ont arrêté ces voleurs le 9 mai.

Hasard du calendrier, cette vague d’interpellations intervient quelques semaines après le vol de 12 904 capsules chez un négociant champenois, Paul Berthelot. Cet acte a été commis dans la nuit du 26 au 27 mars 2012. « Quand je suis arrivé à 8 heures, j’ai tout d’abord vu des boîtes étalées sur le sol. Je me suis dit que les gars la veille n’avaient pas bien rangé. Mais, en regardant de plus près, j’ai vite compris de quoi il s’agissait », a déclaré Arnauld Berthelot au quotidien « L’Union ». Ces capsules seront compliquées à mettre en service car elles sont personnalisées et comportent le numéro du négociant.

Pour mettre fin à ces trafics, les fabricants de capsules travaillent à la mise en place d’un système de traçabilité sur les capsules, ce que font déjà des grands châteaux bordelais.

L’opération menée le 9 mai par la gendarmerie s’inscrit dans le cadre du Plan Champagne, signé le 23 janvier dernier à la préfecture avec le CIVC (Comité interprofessionnel des vins de champagne), la gendarmerie et le procureur général de Reims. « Ce plan vise à maximiser la sécurité économique de la filière champagne, souligne Nicolas Weimer. Il s’appuie également sur un échange de renseignements. »

Au syndicat des vignerons de Champagne, « on se félicite des résultats obtenus par les gendarmes
. Suite à des vols de CDR chez des opérateurs champenois, nous avons mis en place une étroite collaboration avec la gendarmerie pour faciliter ses investigations, défendre la Champagne et préserver son image ».

À lire également : Champagne : démantèlement d'un trafic de capsules-congés

A. L.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Champagne
De violents orages de grêle dans la côte des Bars

Publié le 11 juin 2012

Champagne
Bollinger premier négoce certifié HVE

Publié le 16 mai 2012

Gel de printemps
3000 ha touchés à 100 % en Champagne

Publié le 16 mai 2012

Champagne
Démantèlement d'un trafic de capsules-congés

Publié le 14 mai 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin