Actualités viticoles

Champagne 3 ha arrachés pour protester contre la mainmise du négoce (2 vidéos)

Publié le jeudi 27 octobre 2011 - 10h55

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Ce 27 octobre quatre pelleteuses sont venues arracher les 3 ha de vignes situées à Chouilly (Marne) sur un terrain appartenant à l'hôpital d'Epernay. Une opération coupe de poing en présence du syndicat général des vignerons (SGV) et du groupe des jeunes viticulteurs de Champagne.

 Le syndicat des vignerons et 25 viticulteurs arrachent 3 ha de vignes. © A. LUTUN

Le syndicat des vignerons et 25 viticulteurs arrachent 3 ha de vignes. © A. LUTUN

Jusqu’à ces vendanges, ces 3 ha étaient exploités par 25 vignerons bénéficiaires d’un bail de vingt-cinq ans. Mais ce bail est arrivé à échéance. Les vignerons réunis au sein d’un collectif ont fait une proposition au directeur de l’hôpital, mais Moët & Chandon a remporté la mise. L’hôpital d’Épernay a choisi de louer ses vignes au négociant.

Pour conserver leurs droits de plantation, les vignerons concernés devaient procéder à l’arrachage avant le 30 octobre 2011. Ce qu’ils ont fait, avec l’appui de conseil d’administration du syndicat général des vignerons.

Visionner la vidéo de l'arrachage.

Reste maintenant au nouveau locataire à trouver des droits pour replanter ces parcelles. « Nous allons suivre de près comment ces vignes vont être replantées », commente Patrick Boivin, président du collectif qui regroupe 21 des 25 vignerons évincés.

Le sentiment général des participants à cette opération de médiatisation est que certains négociants franchissent la ligne jaune du droit et du respect du code rural.

Visionner la vidéo des témoignages de Pascal Férat et Patrick Boivin.

Ce nouveau bail symbolise la fuite du foncier vers quelques négociants, mieux armés financièrement que les vignerons. À 850 000 €/ha en moyenne, le ticket d’entrée n’est accessible qu’à une frange de la profession. Cette situation inquiète le vignoble qui, à terme, craint pour son pouvoir au sein de l’interprofession. Le SGV en appelle à l’esprit responsable des viticulteurs pour privilégier leurs confrères plutôt que le négoce lors de cessions de vignes.

« Pendant longtemps, il y a eu un équilibre entre la production et le négoce en Champagne, a rappelé Pascal Férat, président du syndicat général des vignerons aux vignerons présents à la conférence sur la transmission des exploitations le 21 octobre, au salon VITeff à Épernay. Cet équilibre est en train d’être rompu par le fait que le négoce se porte de plus en plus acquéreur de terres. Si vous voulez que le SGV reste fort et qu’il puisse continuer à vous défendre, cela passe aussi par la transmission de l’outil de production aux viticulteurs plutôt qu’au négoce. »

La présence d’une soixantaine de professionnels montre la détermination du syndicat général des vignerons à se battre pour que le foncier reste dans les mains du vignoble. Et à faire respecter leurs droits.

A. L.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Droits de plantation
Les élus de la vigne se mobilisent contre leur libéralisation

Publié le 24 novembre 2011

Rapport de l'Inra
Les sols viticoles marqués par l'histoire

Publié le 18 novembre 2011

Trafic de faux champagne 
Deux retraités condamnés à 100000 euros d’amende

Publié le 17 novembre 2011

Réforme de la Pac
Le commissaire européen a rendu sa copie

Publié le 24 octobre 2011

Vidéo
Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin