Actualités viticoles

Cahors Près de 250 ha de vignes grêlées

Publié le vendredi 21 juin 2013 - 15h41

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le 18 juin, un violent orage de grêle a touché 200 à 250 ha de vignes situées à l’ouest de Cahors (Lot). 8 000 hl pourraient être perdus.

Chez Delphine Combarieu, au château Combarieu, à Trespoux-Rassiels, dans le Lot, les 27 ha de malbec et de merlot ont été touchés par le dernier orage de grêle.

« Sur 20 ha, la vigne est complètement mâchée et nous ne récolterons rien. Sur les 7 autres, il faudra voir ce qui sera sauvé, témoigne-t-elle. Les branches commençaient à atteindre le troisième fil de fer. Aujourd’hui, elles sont redescendues au premier. De nombreuses grappes ont été en partie coupées, nous ne savons pas si elles donneront quelque chose. Elles avaient à peine commencé à fleurir, car nous avons deux à trois semaines de retard. »

En 2007, puis en 2010 à trois reprises, Trespoux-Rassiels a subi des orages de grêle. Aujourd’hui, les dix viticulteurs du village sont touchés.

« En 2010, nous avions récolté 150 hl au lieu de 1300, poursuit Delphine Combarieu. Mais en 2011, nous avions eu une belle récolte, car les bois avaient bien récupéré entre-temps. Aujourd’hui nous les traitons avec un mélange de folpel et de cymoxanil pour que les plaies cicatrisent. L’important est de sauver les plantes. Nous savons que la taille va être compliquée, car tout va beaucoup repousser. Cela va nous donner bien du travail, alors que nous n’aurons pas de récolte. »

Selon Maurin Béranger, président du syndicat de l’AOC Cahors, 200 à 250 ha auraient été impactés par la grêle dans le vignoble. Les pertes de récolte seraient de 80 à 100 % et représenteraient environ 8 000 hl. A cela s’ajoute de la coulure, due aux pluies incessantes qui empêchent les capuchons floraux de tomber, et au froid, qui freine la fécondation. « Il faut également compter avec une récolte de l’année prochaine qui pourrait être diminuée de moitié, car on sait que les lendemains de grêle sont très difficiles », précise Maurin Béranger.

Afin de venir en aide aux viticulteurs touchés, le syndicat va tenter d’obtenir des services fiscaux un dégrèvement des impôts fonciers de 2014 et, de la MSA, un échelonnement des cotisations. Il a aussi demandé à la Direction départementale des territoires du Lot de diligenter une enquête sur le terrain.

Enfin, à Trespoux-Rassiels, les viticulteurs se demandent s’ils feraient bien d’acheter un canon à grêle. Les arboriculteurs voisins du Tarn-et-Garonne utilisent cette technique pour éloigner les orages. Alors pourquoi pas eux ?

 

Florence Jacquemoud

Ces articles peuvent également vous intéresser


Légendes de notre service météo

Publié le 21 juin 2010

Vouvray
Un concert rock solidaire pour les vignerons

Publié le 17 juillet 2013

Alsace 
Une nouvelle espèce de cochenille

Publié le 11 juillet 2013

Pac
Un nouveau système d’encadrement des plantations

Publié le 28 juin 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin