Actualités viticoles

Bourgogne Une montée en gamme prévisible avec la petite récolte 2012

Publié le vendredi 21 décembre 2012 - 10h49

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), réuni en assemblée générale à Beaune (Côte-d’Or) le 18 décembre, est revenu sur les conséquences des faibles stocks des vins de Bourgogne, qui ne vont pas s’améliorer avec la récolte 2012 et des sorties en hausse, tirés par les marchés exports et français. « Tous les voyants économiques sont au vert », résumait Michel Baldassini, président délégué du BIVB.

La dernière vente des Hospices de Beaune a exposé aux yeux de tous que le millésime 2012 sera « rare et précieux ». Surtout en rouge. Les cours du vrac en AOC Bourgogne rouge sont en forte hausse en cette fin d’année à 850 euros la pièce de 228 litres (373 €/hl), soit + 30 % par rapport à la même époque l’an dernier.

Ce qui faisait dire au président Pierre-Henri Gagey : « Avec l’augmentation des cours du vrac en 2012, les viticulteurs comme les négociants vont être obligés d’augmenter leurs prix et de passer dans un autre segment. Si les marchés et les consommateurs réagissent bien, alors il faudra se positionner collectivement pour conserver cette montée en gamme par la suite, avec le retour de récoltes normales. »

Le dirigeant de la maison Louis Jadot en appelait donc à l’ensemble des ODG pour se préparer en 2013. Une confirmation supplémentaire de la volonté de la Bourgogne de faire monter en gamme ses appellations régionales. Comme l’avait déjà annoncé Louis-Fabrice Latour lors de la vente Christie’s en novembre : « Nous n’aurons bientôt plus de vin à moins de 10 dollars, 10 euros ou 10 livres. »

Ce 18 décembre, un débat s’en engagé sur l’évolution du vignoble bourguignon, à 60 % encépagé en chardonnay, alors que la demande asiatique et américaine réclame des pinots noirs sur le segment premium.

Autre sujet de discussion : l’interprofession va devoir débloquer des réserves et réduire certaines actions de promotion, car le BIVB sera malheureusement confronté en 2013 à un budget « revu à la baisse ». En cause, les pertes de récolte − diminuant le budget de 540 000 euros − mais aussi la « non-confirmation des crédits OCM » jusqu’à présent, grevant le budget de 575 000 euros supplémentaires. Au total, 1 115 000 euros manquent.

 

C. M.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vins de Bordeaux
De bons résultats grâce à l’essor de l’export

Publié le 18 décembre 2012

Bordeaux
Les viticulteurs produisent encore à perte

Publié le 10 décembre 2012

Languedoc-Roussillon
La production révise à la hausse ses objectifs de prix

Publié le 04 décembre 2012

Bourgogne
Flambée des prix à la vente des Hospices de Beaune

Publié le 19 novembre 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin