Actualités viticoles

Bourgogne  Un négociant en vin soupçonné de fraude

Publié le mercredi 13 juin 2012 - 15h27

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

,

Quatre dirigeants de la maison de négoce en vins de Bourgogne Labouré-Roi, basée à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), ont été placés en garde à vue la semaine dernière dans le cadre d’une affaire de fraude sur les vins, a-t-on appris mercredi auprès de leur avocat. Il leur est reproché des faits de « tricherie sur les étiquettes », de « mélanges de vins » et l’utilisation de « fausses médailles », selon le quotidien « Le Bien public » qui a révélé l’affaire. Aucune mise en examen n’a été prononcée et aucune information judiciaire n’a été ouverte.

L’enquête, conduite depuis plus d’un an et demi par les gendarmes et les services de la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), porte sur une période allant de 2005 à 2009.

Ainsi, plus de deux millions de bouteilles, allant d’appellations villages aux grands crus, auraient été écoulées durant ce laps de temps avec de fausses informations sur les étiquettes.

Joint par l’AFP, l’avocat de la société, Me Emmanuel Touraille, a souligné « la collaboration totale de l’entreprise avec les enquêteurs, ce qui nous a permis d’avoir ce traitement particulier, sans mise en examen » tout en reconnaissant qu’« il y avait des soucis » durant la période incriminée. « L’autre préoccupation était de préserver les soixante-dix emplois. Nous avons désormais un gros risque financier pour l’entreprise si les clients n’achètent plus et que les banques ne prêtent plus. Nous aurions préféré que l’affaire sorte après dans la presse », a-t-il ajouté.

« Nous venons de l’apprendre. Il est encore trop tôt. Pour l’instant, nous n’avons pas d’élément sur le fond » de cette affaire, a déclaré, de son côté, Denis Duveau, directeur adjoint de la Fédération des négociants éleveurs de Grande Bourgogne (FNEB).

Fondée en 1832, la maison Labouré-Roi a été transmise en 1974 à Armand et Louis Cottin. Elle figure aujourd’hui parmi les trois premiers négociants de Bourgogne, selon son site internet.

 

 

Avec AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Œnotourisme
Après la Bourgogne, l’ŒnoPass gagne la Champagne

Publié le 11 juillet 2012

Bourgogne 
L’interprofession veut des vins irréprochables

Publié le 05 juillet 2012

Bourgogne 
La grêle s'abat sur Pommard et Volnay

Publié le 02 juillet 2012

Côte-d’Or 
Une pression exceptionnelle de mildiou

Publié le 25 juin 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin