Actualités viticoles

Bourgogne Le négoce peste contre les hausses de prix

Publié le jeudi 26 juin 2014 - 18h54

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mardi 24 juin, en assemblée générale de l'Interprofession des vins de Bourgogne (BIVB), Louis-Fabrice Latour a fait part de son irritation et de son inquiétude après les hausses de prix subies par le négoce. Après deux faibles récoltes consécutives, la Bourgogne espère que le millésime 2014 lui permettra de répondre à la forte demande des marchés.

Louis-Fabrice Latour, président délégué de l’interprofession des vins de Bourgogne (BIVB). © BIVB ARCHIVES

Louis-Fabrice Latour, président délégué de l’interprofession des vins de Bourgogne (BIVB). © BIVB ARCHIVES

« So far, so good. » L’expression anglaise du président délégué de l’interprofession des vins de Bourgogne (BIVB), le négociant Louis-Fabrice Latour, décrit parfaitement la situation : « Jusqu’ici tout va bien. » Et il est vrai que les marchés Bourguignons fin avril sont « honorables ».

À l’export, malgré un recul de 12 % en volume dû au manque de vins, le chiffre d’affaires global n’a baissé que de 0,8 % sur l’exercice 2013-2014.

Mais le négociant beaunois a décidé de « se lâcher un peu » sur la conjoncture et de donner « son opinion » sur l’évolution du marché. Pour lui, l’année 2015 s’annonce « compliquée ». Ce sera « le vrai rendez-vous du millésime 2013, moins demandé que les précédents ». Le négoce craint donc des « réticences » plus fortes du côté acheteurs pour accepter de nouvelles hausses.

BAISSE DES MARGES

De plus, pris entre deux feux, le négoce a dû « accepter une baisse de ses marges ». Louis-Fabrice Latour estime qu’il aura besoin de « deux années pour revenir » à son équilibre, après les hausses « que nous avons du mal à avaler » en bourgogne rouge depuis deux ans, en mâcon blanc (+ 40 % la pièce en valeur) ou encore en chablis (+ 36 % la feuillette en valeur).

Louis-Fabrice Latour s’est surtout dit « choqué » de voir le prix des vins au négoce « plus cher qu’à la propriété ». Les viticulteurs pratiquent, en vente directe, des prix qui ne tiennent pas compte des cours actuels des vins.

MESSAGE INCHANGÉ

Le président du BIVB, Claude Chevalier, a reconnu que « c’est le négoce qui subit le plus ces hausses de cours brutales ces deux dernières années ». Le viticulteur de Ladoix a demandé à ses collègues de « ne pas, du jour au lendemain, augmenter les prix sans explication ».

« La montée en gamme est un travail de longue haleine », a-t-il rappelé. Reste que des problèmes de rentabilité apparaissent, suite aux faibles récoltes et à l’épuisement des stocks, pour certaines entreprises viticoles, « surtout en appellations régionales ».

Quant au message interprofessionnel, il reste inchangé : « La Bourgogne est plus rare et plus chère. »

Cédric Michelin

Ces articles peuvent également vous intéresser

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin