Actualités viticoles

Bourgogne La production obtient des réserves

Publié le mardi 09 septembre 2014 - 15h06

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Voyant venir une bonne récolte, le négoce a demandé une hausse des rendements pour détendre les marchés. La production a milité pour la constitution de réserves. Ce que le comité régional de l’INAO lui a accordé.

En Bourgogne, les producteurs veulent profiter d'une bonne récolte pour constituer des réserves. ©C.THIRIET

En Bourgogne, les producteurs veulent profiter d'une bonne récolte pour constituer des réserves. ©C.THIRIET

Après deux petites récoltes en 2012 et 2013 et des sorties de propriété en hausse, la Bourgogne a vu ses cours du vrac fortement réévalués. Le négoce veut stopper cette inflation qu’il juge dangereuse pour les débouchés de la région. Il comptait sur cette récolte 2014 qui s’annonce normale en termes de volume - entre 1,45 et 1,5 million d’hectolitres - pour détendre les marchés.

Mais la production ne l’a pas entendu de cette oreille. Plutôt que d’augmenter purement et simplement des rendements, elle a plaidé pour la constitution de réserves. Jeudi dernier (29 août), le CRINAO Bourgogne a entériné ses demandes.

Par exemple, pour le Mâcon-Villages, le CRINAO a fixé le rendement à 68 hl/ha + 7 hl/ha de VCI (volume complémentaire individuel) alors que le négoce demandait 75 hl/ha, soit le niveau butoir de cette appellation. Idem en appellation Marsannay blanc. Là encore, le négoce demandait le maximum de cette AOC, soit 64 hl/ha. Les vignerons ont réclamé et obtenu 60 hl/ha + 4 hl/ha de VCI. Pour les appellations de vins rouges, ils ont obtenu des VSI (volume substituable individuel). Objectif affiché de la production : reconstituer des réserves en cas de nouveaux millésimes compliqués.

À noter que les crémants de Bourgogne obtiennent 90 hl/ha, le rendement butoir, et la constitution d’une réserve. Une manière de répondre à la demande très soutenue.

MONTER EN GAMME

Le négoce, qui voulait alimenter rapidement les marchés, doit donc prendre son mal en patience. Pour défendre son point de vue, la production a aussi rappelé que l’ambition collective de la Bourgogne est de monter en gamme, particulièrement pour ses appellations régionales.

Reste au Comité national des appellations d’origine, qui doit se réunir le 12 septembre, à entériner ces demandes.

Cédric Michelin

Ces articles peuvent également vous intéresser

VCI
Dix-huit nouvelles appellations autorisées

Publié le 06 octobre 2014

Bourgogne
Une belle récolte, à condition de trier en rouge

Publié le 17 septembre 2014

Thomas Thévenoud
Nouveau défenseur du vin

Publié le 02 septembre 2014

USA
Le marchand de vins Rudy Kurniawan finit en prison

Publié le 08 août 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin