Actualités viticoles

Bourgogne  Farouche opposition au « galvaudage de la mention clos »

Publié le mardi 18 septembre 2012 - 15h10

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Après les Bordelais remontés contre une utilisation déloyale du terme « château », c’est aux Bourguignons de tirer la sonnette d’alarme au sujet de la mention « clos » qui pourrait bientôt être autorisée sur les étiquettes de vins américains vendus en Europe.

En France, le terme « clos » impose que les raisins proviennent exclusivement de parcelles de vignes effectivement délimitées par une clôture formée de murs ou de haies vives ou dont l’appellation ou la parcelle comporte ce terme. © P. ROY

En France, le terme « clos » impose que les raisins proviennent exclusivement de parcelles de vignes effectivement délimitées par une clôture formée de murs ou de haies vives ou dont l’appellation ou la parcelle comporte ce terme. © P. ROY

« La viticulture bourguignonne est aux abois », annonce le communiqué de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB). Les mots employés sont aussi forts que ceux utilisés quelques jours auparavant par la Fédération des grands vins de Bordeaux. Les deux organisations professionnelles ont la même peur : la Commission européenne s’apprêterait à galvauder certaines mentions, comme celle de « clos » ou de « château », en autorisant ces mentions traditionnelles pour les vins américains exportés en Europe.

« Toute une liste de termes est visée par la Commission européenne, explique le juriste Éric Tesson. Les mentions "château" et "clos" posent particulièrement problème car, en Europe, ces termes sont bien définis tandis qu’aux États-Unis, leur emploi est libre. »

Concurrence déloyale

En France, pour pouvoir utiliser le terme « clos », le décret du 4 mai 2012 impose que les raisins proviennent exclusivement de parcelles de vignes effectivement délimitées par une clôture formée de murs ou de haies vives ou dont l’appellation ou la parcelle comporte ce terme. « De plus, le vin doit être vinifié dans les chais de l’exploitation viticole concernée ou vinifié séparément dans les locaux de la coopérative à laquelle adhère l’exploitation viticole », précise la CAVB.

Dans ce contexte, les Bourguignons, comme les Bordelais, crient à la concurrence déloyale et à la tromperie envers le consommateur si la Commission européenne accédait à la demande des Américains.

Le sujet sera à l’ordre du jour du prochain comité européen de gestion des vins, le 25 septembre.

 

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vu sur le web
Exquises esquisses de la Bourgogne viticole

Publié le 16 octobre 2012

Gironde
Les viticulteurs anti-CVO condamnés à payer l’interprofession

Publié le 11 octobre 2012

Bourgogne 
La faible récolte provoque déjà des tensions sur le vrac

Publié le 04 octobre 2012

Mention « château » sur les vins américains
La France obtient un sursis

Publié le 25 septembre 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin