Actualités viticoles

Bourgogne Du « Côte-d’Or » pour la prochaine vendange ?

Publié le vendredi 21 novembre 2014 - 17h20

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Une appellation Bourgogne-Côte-d’Or pourrait voir le jour pour les prochaines vendanges. C’est en tout cas le souhait des maisons de négoce. Reste à délimiter la zone de production.

L’ODG Bourgogne demande de pouvoir accoler le nom « Côte-d’Or » à celui de son appellation. Les opérateurs concernés - les maisons de négoce notamment, pour leurs marchés export - espèrent que cette demande aboutira dès la prochaine récolte.

« L’appellation Bourgogne-Côte-d’Or devrait permettre aux opérateurs de se démarquer de l’appellation régionale et de mieux valoriser leur production, dans un secteur où les coûts de production sont élevés, commente Séverin Barioz, directeur de la CAVB (Confédération des appellations de vins de Bourgogne). Mais il est aussi possible que cette différenciation ne fonctionne pas, à l’image du bourgogne-côte chalonnaise, qui peine à se différencier d’un bourgogne générique ».

LA BOURGOGNE, DE CHABLIS À LYON

Si elle est validée, la nouvelle dénomination complémentaire « Côte-d’Or » sera intégrée dans le cahier des charges de l’appellation Bourgogne, à l’image de ce qui existe déjà pour quatorze autres bourgognes identifiés, comme par exemple : Bourgogne-Epineuil, Bourgogne-Côte châlonnaise, ou encore Bourgogne-Chitry. Toutes ces dénominations correspondent à des secteurs géographiques déterminés dans la grande aire d’appellation Bourgogne, qui s’étend de Chablis à Lyon.

« Pour le Bourgogne-Côte-d’Or, il reste à délimiter la zone géographique, précise Séverin Barioz. Toutes les communes du département seront-elles concernées ? Ou celles, tout au nord, correspondant à la zone du Châtillonais, traditionnellement productrice de crémant, seront-elles exclues ? ». Si tel était le cas, la zone serait réduite aux parcelles situées en Côte-de-Nuits et en Côte-de-Beaune.

Quant aux conditions de production, seul le rendement devrait être revu à la baisse. Il est question d’autoriser 2 hl/ha de moins que pour l’appellation régionale, soit 58 hl/ha pour le bourgogne-côte-d’or rouge contre 60 hl/ha pour le bourgogne rouge et 66 hl/ha contre 68 hl/ha en blanc.

Juliette Cassagnes La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bourgogne
La flavescence dorée en recul

Publié le 17 décembre 2014

Bourgogne 
Nouveaux délais de paiement pour les transactions en vrac

Publié le 17 décembre 2014

Bourgogne 
Premier bilan sur la pourriture acide

Publié le 28 novembre 2014

Inao 
La décision sur l’aire AOP Bourgogne en Beaujolais devra attendre

Publié le 07 novembre 2014

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin