Actualités viticoles

Bourgogne-Beaujolais Les caves de Juliénas et Chaintré s’unissent

Publié le jeudi 29 août 2013 - 14h44

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Voisines de quelques kilomètres, la Cave de Chaintré (Saône-et-Loire) − au sud de la Bourgogne, en terroir mâconnais − et la Cave des producteurs de Juliénas (Rhône) − au nord du Beaujolais, au cœur des crus − ont scellé leur union cet été.

Frédéric Descombes, président de la cave de Juliénas (à gauche), et Bernard Galy, président de la cave de Chaintré. © C. MICHELIN

Frédéric Descombes, président de la cave de Juliénas (à gauche), et Bernard Galy, président de la cave de Chaintré. © C. MICHELIN

Le 26 juin et le 12 juillet, deux assemblées générales extraordinaires à la Cave de Chaintré (Saône-et-Loire) et à la Cave des producteurs de Juliénas (Rhône) ont voté en faveur de l’union des deux coopératives.

La nouvelle entité s’appelle la Cave des grands vins de Juliénas-Chaintré. Elle réunit les 107 associés coopérateurs (dont 65 exploitants) de Juliénas et les 62 coopérateurs (dont 36 exploitants) de Chaintré. La production totale annuelle devrait ainsi avoisiner les 16 000 hl annuel sur un peu plus de 250 ha.

Cette union doit « permettre la mutualisation des moyens comme des savoirs », ont expliqué Bernard Galy et Frédéric Descombes, les président des caves de Chaintré et de Juliénas.

Elle devrait renforcer les deux coopératives, distantes de seulement 6 km, aux productions très complémentaires : les appellations rouges beaujolaises de Juliénas (Juliénas, Saint-Amour, Beaujolais villages…) trouvant un complément de gamme idéal avec les appellations blanches mâconnaises de Chaintré (Pouilly-Fuissé, Saint-Véran, Mâcon-Chaintré…).

Côté production, chaque cave conserve ses marques et ses gammes de vins. De même, les vins rouges resteront vinifiés à Juliénas et les blancs à Chaintré. En revanche, la vinification dans cette dernière cave sera assurée par du personnel de la cave de Juliénas, connaisseur du chardonnay.

Si les chais de vinification restent spécialisés, il n’y aura plus en revanche qu’une seule équipe commerciale qui présentera une gamme réunie, comprenant désormais une quinzaine d’appellations d’origine.

Elle s’appuiera sur ses réseaux historiques : deux espaces de vente directe, un caveau faisant office de bar à vin, le circuit traditionnel CHR (cavistes, hôtels et restaurants), l’export, la grande distribution et les maisons de négoce. L’objectif étant de conserver toute la clientèle des deux caves, sans perturber aucun acheteur, alors que certains négociants avaient notamment pu craindre de perdre leurs achats annuels de vins.

Cédric Michelin

Ces articles peuvent également vous intéresser

Grêle en Bourgogne
Stéphane Le Foll annonce des mesures pour les viticulteurs sinistrés

Publié le 26 juillet 2013

Grêle en Bourgogne 
Le président de la région saisit le Premier ministre

Publié le 26 juillet 2013

Bourgogne
Un orage dévaste les vignes autour de Beaune (réactualisé)

Publié le 24 juillet 2013

Bourgogne
Vers une campagne record

Publié le 08 juillet 2013

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin