Actualités viticoles

Bourgogne-Beaujolais Baptême commercial de l’AOC Coteaux bourguignons

Publié le mardi 15 mai 2012 - 15h40

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mardi 15 mai, 26 caves coopératives de Bourgogne et du Beaujolais ont lancé la commercialisation de l’appellation Coteaux bourguignons. Une première qui a pour objectif de fixer dans l’esprit des consommateurs un prix référence entre 5 et 7 euros la bouteille. À compter de ce jeudi de l’Ascension, cette nouvelle appellation sera proposée dans 27 caveaux coopératifs.

De droite à gauche : Gérard Maitre, président de la Fédération des caves coopérative de Bourgogne, Jean-Pierre Fronton (cave de Viré), Robert Perrin (Vignerons des terre secrètes), Jean-Luc Merle, Bernard Couson (Signé vignerons), Philippe Thilardon (Œnodia) et Jean-Paul Civeyrac (Bel Air). © C. MICHELIN

De droite à gauche : Gérard Maitre, président de la Fédération des caves coopérative de Bourgogne, Jean-Pierre Fronton (cave de Viré), Robert Perrin (Vignerons des terre secrètes), Jean-Luc Merle, Bernard Couson (Signé vignerons), Philippe Thilardon (Œnodia) et Jean-Paul Civeyrac (Bel Air). © C. MICHELIN

Né le 24 novembre 2011, cette appellation, dont une part importante provient de replis, s’était rapidement retrouvée au centre de tensions entre les vignobles de Bourgogne et du Beaujolais. Lors de la conférence de presse de lancement officielle de la commercialisation, les coopératives ont surtout mis en avant son positionnement qualitatif.

Par rapport au Bourgogne grand ordinaire (BGO) qu’elle doit remplacer, la nouvelle AOC a révisé ses conditions de production : les rendements de base ont été abaissés (64 hl en rouge et rosé et 72 hl en blanc) et, pour un lot considéré, la richesse minimale en sucre des raisins a, en revanche, augmenté. À titre d’exemple, elle est fixée à 171 g/l pour les rouges (contre 144 g/l en BGO). Le degré minimum passe à 10° (contre 9,5° en BGO blanc auparavant et 9° en BGO rouge/rosé).

Autre nouveauté du cahier des charges : le pinot gris rentre dans la liste des cépages autorisés en blanc. En clair, des coteaux bourguignons blancs pourront être produits avec 100 % de ce cépage.

Parmi les cépages accessoires autorisés en rouge et rosé figurent le melon et l’aligoté. « Ces cépages blancs accessoires permettront d’assouplir certains rouges a expliqué Guillaume Willette, directeur du syndicat des Bourgogne. Ensemble ou séparément, ces cépages accessoires pourront représenter au maximum 10 % de l’encépagement.

Toutes ces modifications, comme le reconnaissent les professionnels, auront des conséquences sur les assemblages dans une région pourtant connue pour ses vins issus de monocépage.

À noter toutefois que la mention « Vins de Bourgogne » est interdite car, les Coteaux bourguignons ne peuvent pas être repliés en AOC Bourgogne générique. En revanche, toutes les appellations bourguignonnes peuvent se replier dans cette appellation socle (sauf l’AOC Saint-Bris et l’AOC Crémants de Bourgogne).

 

C. M.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bourgogne
La maison Labouré-Roi au cœur d’une enquête pour fraude

Publié le 14 juin 2012

Bourgogne 
Un négociant en vin soupçonné de fraude

Publié le 13 juin 2012

Beaujolais 
Un vigneron célèbre la reine d’Angleterre sur ses bouteilles

Publié le 31 mai 2012

Gel d’hiver
Vers une reconnaissance de calamité agricole dans le Beaujolais

Publié le 11 mai 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin