Actualités viticoles

Bourgogne Accord interprofessionnel sur des questions de gros sous

Publié le mardi 05 juillet 2011 - 15h54

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’assemblée générale du BIVB (Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne) s’est tenue vendredi 1er Juillet à Beaune devant une assistance de 150 personnes.

La Bourgogne a su éviter les querelles de clochers à propos du financement de son interprofession. © BIVB/ARMELLEPHOTOGRAPHE.COM

La Bourgogne a su éviter les querelles de clochers à propos du financement de son interprofession. © BIVB/ARMELLEPHOTOGRAPHE.COM

Production et négoce sont parvenus à un accord sur un sujet qui empoisonne leurs relations depuis plusieurs mois, à savoir la contribution de chacun au financement de l’interprofession. La viticulture a longtemps soutenu qu’elle y contribue davantage que le négoce.

Pour rééquilibrer les choses, il n’y aura pas de hausse des cotisations du négoce, mais un meilleur retour pour la production. L’interprofession crée ainsi une ligne budgétaire « valorisation des appellations » de 300 000 €, devant doubler sur trois ans pour aider les ODG à communiquer sur leurs appellations. Elle va également octroyer 50 000 € par an à la CAVB (Confédération des appellations et des viticulteurs de Bourgogne) pour la mise en place d’un service d’accompagnement des viticulteurs en difficulté.

Ces sommes seront prises sur le budget de l’interprofession qui s’élève à 13 millions d’euros pour l’année 2011-2012.

Seule ombre au tableau, le président de l’UPEC (Union des producteurs et élaborateurs de crémant de Bourgogne) a pris la parole pour exprimer son abstention lors du vote du budget. Georges Legrand considère que le BIVB ne soutient pas suffisamment la croissance de cette appellation qui est passée de 7 à 17 millions de bouteilles annuelles en dix ans.

L’interprofession a également raccourci les délais de paiement des vins pour les achats spot. Concernant les transactions enregistrées entre le 1er mars et le 30 juin de l’année suivant la récolte, le délai passe de 120 jours à 90 jours pour les appellations régionales.

Pour les transactions intervenant à partir du 1er juillet, le délai passe à 60 jours conformément à la loi, alors qu’il était précédemment de 90 jours, le délai de 60 jours n’intervenant qu’après le 1er octobre. Ces délais s’appliquent au millésime de l’année. Ces accords doivent entrer en vigueur immédiatement.

L’assemblée générale fut également l’occasion de faire un point sur la situation économique de région. À ce sujet, les chiffres confirment la reprise de la croissance, avec une évolution de 2 % en volume des transactions à fin mai 2011.

G. D.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin