Actualités viticoles

Bordelais Des foyers inhabituels de pourriture acide

Publié le jeudi 25 septembre 2014 - 15h44

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’été humide a favorisé le développement des drosophiles, à l’origine de foyers de pourriture acide. Fait inhabituel, les cépages rouges sont atteints. Cependant, les dégâts sont limités.

Les conditions moites de l’été ont favorisé le développement des drosophiles qui transmettent les bactéries responsables de la pourriture acide. ©M.FAGGIANO

Les conditions moites de l’été ont favorisé le développement des drosophiles qui transmettent les bactéries responsables de la pourriture acide. ©M.FAGGIANO

C’est un fait. Cette année, la pourriture acide est présente un peu partout dans le vignoble bordelais, en particulier dans le Libournais. Et les rouges sont touchés, ce qui est rare.

À côté des drosophiles autochtones, les spécialistes ont identifié la Drosophila suzukii, une mouche originaire d’Asie, repérée pour la première fois en 2011, qui a la particularité de pondre sur des baies saines en sous-maturité. Nicolas Seintourens, le chef de culture du château Grimont, à Quinsac, sait que ce ravageur provoque de gros dégâts en arboriculture car il cultive également des arbres fruitiers. Il surveille donc attentivement ses vignes depuis trois semaines.Nicolas Seintourens, chef de culture du Château Grimont, à Quinsac.

« Il y a quinze jours, j’ai observé par-ci par-là, sur du merlot mais aussi sur du cabernet-sauvignon, des baies complètement évidées et d’autres avec des larves à l’intérieur, assorties d’un début de piqûre acétique. C’est très inhabituel. Pour le moment, le phénomène est insignifiant. Il n’a pas de conséquences. Mais nous restons vigilants. »

Beaucoup de parcelles sont concernées mais selon Pascal Hénot, du centre œnologique de Coutras (Gironde), les attaques restent limitées en intensité. En cause d’après lui : les conditions moites de cet été ont favorisé le développement des drosophiles qui transmettent les bactéries responsables de la pourriture acide et autres micro-organismes. « Elles ont pondu dans les raisins blessés et fragilisés par le développement précoce du botrytis », explique l’œnologue.

Les baies atteintes sentent le piqué. « Mais elles sont aussi marquées par des goûts anormaux comme le fromage ainsi que de l’amertume et des déviations diverses », constate Pascal Hénot.

Les viticulteurs doivent rester vigilants et prendre des précautions pour éviter les dérives organoleptiques lors des vinifications.

De son côté, la Draaf-Sral Aquitaine a rédigé une note d’information et lancé une enquête en ligne pour mieux cerner l’ampleur du phénomène. Éric Capredon, de la société Euralis, un distributeur, a d’ores et déjà demandé à ses équipes sur le terrain de faire un inventaire. Affaire à suivre.

Christelle Stef

Ces articles peuvent également vous intéresser

Alsace
La pourriture acide bouscule le calendrier des vendanges

Publié le 23 septembre 2014

Languedoc-Provence
Une maturation sous pression

Publié le 28 août 2014

Hérault
Des vignes bonsaïs sous l’effet de la sécheresse

Publié le 12 août 2014

Bourgogne
Le Crédit agricole soutient les vignerons grêlés

Publié le 11 août 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin