Actualités viticoles

Bordeaux  Un nouveau venu dans les transactions viticoles

Publié le lundi 13 octobre 2014 - 13h27

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Créée en septembre, la Compagnie bordelaise viticole et agricole propose des conseils en matière d’acquisition, de cessions, d’évaluation et de levées de fonds dans le Bordelais. Ses créateurs ont déjà de belles transactions à leur actif.

Thierry Rustmann et Charles Traonouëz ont créé en septembre dernier la SAS Compagnie bordelaise viticole et agricole, certifiée CIF (conseil en investissement financier), qui s’est fixé pour objectif de conseiller la filière viticole, de l’amont (tonnellerie, méranderie) à l’aval (maisons de négoce et propriétés viticoles). Depuis 2007, les deux fondateurs de la société ont à leur actif une quarantaine d’opérations portant sur des cessions-acquisitions de vignobles.

ANTICIPER LA TRANSMISSION

« Les viticulteurs confrontés à la transmission sont âgés, souvent sans successeur ou alors face à des enfants qui ne s’entendent pas sur le devenir de la propriété », indique Thierry Rustmann, pour qui le maître mot reste l’anticipation, même si « psychologiquement le viticulteur a du mal à envisager une transmission ».

Dans le processus de transmission, la première démarche reste le recours à l’expertise de la propriété. « Une expertise véritable qui ne fasse pas miroiter des prix mirifiques, bien loin de la réalité », lâche-t-il. L’audit de la propriété est gratuit dans la mesure où le viticulteur s’engage moralement à faire appel aux services de la société. Ensuite, la commission se situe entre 2 et 4 % du prix de l’opération en fonction de l’importance du dossier traité.

PETITES ET GRANDES APPELLATIONS

Leur dernier fait d’arme est la vente du Château La Clotte, un grand cru saint-émilion. Dans les prochains jours, c’est la cession d’un autre grand cru du Saint-Émilionnais qui devrait être annoncée : le vendeur prend sa retraite et ses enfants ne sont pas intéressés pour reprendre la propriété.

La Compagnie bordelaise viticole et agricole n’entend pas se cantonner à de grandes appellations. Elle compte bien labourer le terrain des viticulteurs désireux de transmettre leur exploitation, toutes AOC confondues.

Thierry Rustmann, ancien avoué à la cour, est PDG d’un grand cru classé en 1855. Charles Traonouëz est titulaire, notamment, d’un DESS en ingénierie juridique et financière et d’une maîtrise en droit des affaires. Il a fait ses armes à la direction d’un vignoble bordelais d’une cinquantaine d’hectares.

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Aquitaine
La Safer va aider les coopératives à garder leur potentiel

Publié le 30 mai 2014

Aquitaine 
De nouveaux outils pour transmettre les vignes

Publié le 19 septembre 2012

Recherche
Cochenille farineuse, vecteur de l’enroulement

Publié le 21 juin 2012

Tonnellerie-cession
Œneo discute avec François frères

Publié le 10 février 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin