Actualités viticoles

Bordeaux  Relaxe totale pour Daniel Amblevert

Publié le mardi 08 avril 2014 - 16h37

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le tribunal correctionnel de Libourne a relaxé le 8 avril le maire de la commune de Sainte-Florence (Gironde) poursuivi pour avoir curé ce qu’il considère comme un cours d’eau sans avoir jamais demandé l’autorisation administrative.

Daniel Amblevert, maire de la petite commune girondine de Sainte-Florence, ne peut pas cacher sa joie. « Le tribunal a prononcé ma relaxe totale. J’éprouve un sentiment de justice, car c’est la reconnaissance du rôle de l’élu qui a pris ses responsabilités devant une situation nécessaire et urgente. J’éprouve également de la reconnaissance envers le comité de soutien qui n’a pas défendu l’homme que je suis, mais une cause publique », a-t-il indiqué à peine sorti du tribunal.

Le 28 janvier dernier, le maire de Sainte-Florence, pépiniériste viticole par ailleurs, s’est retrouvé à la barre du tribunal correctionnel de Libourne pour avoir curé un fossé sans avoir demandé d’autorisation administrative entre novembre 2011 et janvier 2012. C’est l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), organisme sous tutelle du ministère de l’Écologie, qui a porté l’affaire devant la justice, estimant qu’il ne s’agissait pas d’un fossé mais d’un cours d’eau et qu’il y avait « préjudice environnemental » au milieu piscicole.

PRÉVENIR DES INONDATIONS

Soutenu par un collectif d’au moins 200 personnes, le maire de Sainte-Florence n’a eu de cesse de répéter qu’il a fait lancer ces travaux afin d’éviter d’éventuelles inondations, convaincu que ce fossé pouvait déborder en cas de fortes pluies. Or, il y a une vingtaine de maisons à proximité, mais aussi des parcelles de vignes et des champs de céréales.

L’affaire avait été mise en délibéré au 11 mars. Finalement, il a fallu attendre quelques semaines de plus. Ce 8 avril, le tribunal a rendu sa décision. Délivré de ce poids juridique, Daniel Amblevert n’a qu’un souhait : « J’espère que ce jugement permettra de faire évoluer la loi sur l’eau qui est aberrante excessive et coûteuse. »

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Municipales
Maire et vigneron, une rareté en Beaujolais

Publié le 28 février 2014

Municipales 
Marc Bonnin, président de cave et candidat à Montreuil-Bellay

Publié le 28 février 2014

Vins doux naturels 
L’ex-dirigeant de la Socodivin condamné

Publié le 21 février 2014

Var 
Solidarité pour déblayer les vignes inondées

Publié le 17 février 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin