Actualités viticoles

Bordeaux Miser sur la vinification personnalisée

Publié le lundi 07 mai 2012 - 16h24

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Crushpad, leader de la vinification personnalisée, va installer son propre chai de vinification à Pauillac, en Gironde, sur les terres de la famille Cazes, qui devient actionnaire de la société.

Thomas Roger, client venu des États-Unis, travaille son assemblage 2010 avec Éric Boissenot. © CRUSHPAD

Thomas Roger, client venu des États-Unis, travaille son assemblage 2010 avec Éric Boissenot. © CRUSHPAD

C’est fait. Depuis quelques jours, la famille Cazes, propriétaire notamment des châteaux Lynch-Bages et Ormes de Pez, est entrée dans le capital de la société Crushpad France. Crée à San Francisco en 2004 par Michael Brill, un ingénieur informatique passionné de vin, Crushpad propose à de riches amateurs de créer leur vin sans les contraintes liées à la possession d’un vignoble.
Depuis 2009, Crushpad France s’est installé à Bordeaux. « Il s’agit pour nos clients de produire de façon artisanale un vin qui leur est propre, issu de vignobles réputés. Le client décide du style de vin qu’il souhaite. Il peut suivre au jour le jour l’élaboration de sa cuvée », explique Stephen Bolger, directeur général de Crushpad France.

Jusqu’à aujourd’hui, les vins étaient vinifiés au château Teyssier, à Vignonet, près de Saint-Emilion, en Gironde. À partir des vendanges 2012, Crushpad France disposera de son propre cuvier dans le village de Bages, à Pauillac, où la famille Cazes lui loue d’anciens chais. Stephen Bolger reste discret sur l’investissement consacré à la réhabilitation et aux équipements de vinification.

Le principe de son affaire ? Crushpad dispose de neuf parcelles (et bientôt douze) dont la superficie va de 50 ares à 1,8 ha. Ces terres sont situées en AOC Saint-Emilion, Canon Fronsac, Margaux, Pauillac ou Côtes de Castillon. Crushpad loue ses différentes parcelles à des viticulteurs chargés d’entretenir la vigne en se conformant à un cahier des charges établi par l’œnologue Éric Boissenot. C’est Crushpad qui détermine la date de vendange. L’entreprise achète le raisin au kilo selon la valeur de l’hectare et prend en charge les frais de vendanges et de vinification. Le client participe à l’élaboration de son vin. Il choisit selon son goût les assemblages, le type de barriques, d’étiquettes, etc. 50 % de la clientèle est européenne, 30 % est issue d’Amérique du Nord et 20 % d’Asie. La France ne représente que 5 %.

Crushpad affiche trois cents clients issus d‘une vingtaine de pays. La société vend ses vins en AOC Bordeaux à un prix moyen hors taxe 24 à 25 euros la bouteille. Des vins qui sont dédiés à la consommation personnelle ou qui sont revendus à des proches. Le 5 mai dernier, Crushpad recevait une soixantaine de clients au château Lynch Bages. Chacun était là pour travailler très sérieusement ses assemblages.

C. G.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux 
Un grand cru expérimente le vieillissement sous la mer

Publié le 06 juin 2012

Unesco
Des chercheurs veulent l'inscription des vins de terroirs

Publié le 04 juin 2012

Chine 
La suprématie de Bordeaux fait des envieux à Vinexpo Asia

Publié le 31 mai 2012

Bordeaux 
Des dégustations pour sourds et non-voyants

Publié le 29 mai 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin