Actualités viticoles

Bordeaux  Mise en place d’une assurance récolte bon marché

Publié le mardi 17 décembre 2013 - 16h26

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Lors de son assemblée générale du 16 décembre, le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux a annoncé la mise en place d’une assurance multirisques climatiques « la moins chère possible », selon Bernard Farges, son président. Cette assurance devrait couvrir la coulure et le millerandage.

Bernard Farges, président du CIVB, a annoncé la création d’une couverture « la moins chère possible pour assurer ce que l’on nomme le "gros coup" ». © JBNADEAU.COM

Bernard Farges, président du CIVB, a annoncé la création d’une couverture « la moins chère possible pour assurer ce que l’on nomme le "gros coup" ». © JBNADEAU.COM

« L’année à venir va être rude pour tous ceux qui n’ont pas de stock. Et c’est aussi pour cela que le débat sur l’assurance devait être mis sur la table », a rappelé Bernard Farges, le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), lundi 16 décembre, lors de l’assemblée générale. Et d’indiquer qu’un « gros travail » a été entamé pour « arriver au plus vite » à « une couverture la moins chère possible pour assurer ce que l’on nomme le "gros coup", le sinistre qui arrive deux ou trois fois dans une carrière, mais qui peut ruiner une propriété ».

À la suite des deux orages de grêle très violents qui se sont abattus sur le Bordelais l’été dernier, le CIVB a demandé aux agences locales des compagnies d’assurance Axa, Pacifica, Groupama et Aviva de plancher sur un contrat offrant une large couverture pour un prix abordable.

En assemblée générale, Bernard Farges n’a pas donné le contenu de ce contrat mais, le 17 décembre, les viticulteurs ont reçu un courriel leur donnant le détail du contrat proposé.

Selon nos informations, cette assurance comporte les grandes lignes suivantes :

  • le seuil de pertes à partir duquel il serait possible de demander l’indemnisation est de 30 % de la récolte.
  • le capital couvert atteindrait au minimum 5 000 euros par ha.
  • le calcul de l’indemnité interviendra sur la base de la moyenne des rendements de chaque exploitation sur cinq ans.
  • les assurances pourraient également faire des offres pour un capital couvert de 7 000 euros par ha et de 12 000 euros par ha.
  • les niveaux de franchises seraient de 15, 20, 25 ou 40 %.
  • tous les aléas climatiques seront couverts, y compris les conséquences climatiques de ces aléas, indique l'interprofession. À savoir, la coulure et le millerandage.

Le montant des primes démarrerait entre 70 et 120 euros par ha pour le niveau de franchise le plus élevé.

À noter la prise en charge d’un pourcentage de l’assurance possible dans le cadre de la Pac. Ce montant sera de 65 % en 2014.
Les viticulteurs qui voudront bénéficier de ce type de contrat devront avoir souscrit l’assurance avant le 28 février 2014.

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gard 
Prémices d’une filière de granulés de sarments de vigne

Publié le 16 janvier 2014

Communication
Bergerac s’allie à l’interprofession des vins du Sud-Ouest

Publié le 15 janvier 2014

Flavescence dorée
La prospection obligatoire

Publié le 13 janvier 2014

Résistance aux fongicides
Les recommandations de BASF Agro pour 2014

Publié le 08 janvier 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin