Actualités viticoles

Bordeaux  Les investisseurs chinois touchés par le recul des exportations

Publié le lundi 16 mars 2015 - 12h11

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les Chinois sont devenus les premiers investisseurs étrangers dans le vignoble bordelais. Fait nouveau, le ralentissement des exportations vers la Chine touche désormais ces néovignerons qui pensaient vendre facilement dans leur propre pays.

Comme de nombreuses propriétés bordelaises, le Château Bellefont-Belcier, saint-émilion grand cru, est passé sous pavillon chinois. © AFP PHOTO / N. TUCAT

Comme de nombreuses propriétés bordelaises, le Château Bellefont-Belcier, saint-émilion grand cru, est passé sous pavillon chinois. © AFP PHOTO / N. TUCAT

La Chine est désormais la nationalité détenant le plus de propriétés en Bordelais, devant la Belgique. Cette présence chinoise, qui représente entre 1.500 et 2.000 hectares sur les 113.400 ha en AOC Bordeaux, est largement dominée par deux investisseurs : l’industriel Naijie Qu, à la tête du conglomérat Haichang (transport maritime et parcs à thème), avec près de trente propriétés pour 500 hectares, et Franck You, qui a bâti sa fortune dans la pharmacie, avec sept châteaux et 300 hectares, majoritairement certifiés bio.

UNE MISE MOINS LUCRATIVE QUE PRÉVUE

Avec une mise de départ de 5 à 15 millions d’euros, ces investisseurs entendaient rentabiliser rapidement leur placement en expédiant toute la production de leurs domaines en Chine, où ils assurent eux-mêmes la distribution, pour réaliser le maximum de marge.

Mais, en 2014, les exportations de Bordeaux vers la Chine ont enregistré un repli de 17,5 % en valeur et une baisse de 9 % en volume, avec 60 millions de bouteilles expédiées. Ces investisseurs ne sont pas épargnés. Leurs exportations tournent au ralenti faute d’avoir su diversifier leurs marchés.

« Les premiers qui ont vendu du vin de Bordeaux en Chine étaient peu concurrencés et ont fait beaucoup d’argent. Ce n’est plus vrai aujourd’hui. Le consommateur n’est plus prêt à payer sans se renseigner et, sur ce point, Internet joue un très grand rôle. Le marché est plus mûr et les marges ne sont plus si conséquentes », indique Yiping Cai, fondatrice et directrice commerciale de La Sélection, entreprise d’export de vins de Bordeaux vers la Chine.

UNE PRÉSENCE CHINOISE PAS FORCÉMENT PÉRENNE

« Le marché se consolide. Près de 300 importateurs, qui avaient senti une opportunité, ont disparu », confirme Thomas Jullien, correspondant du CIVB en Chine, soulignant que la consommation continue de progresser « à un taux raisonnable ».

Le temps n’est pas encore à la revente des châteaux sous pavillon chinois, mais des experts le prédisent : « Ces investisseurs ont oublié qu’installer une marque sur un marché prend au moins dix ans. Ils pensaient que le consommateur chinois ne ferait pas de différence sur la qualité et privilégierait des vins dont ils auraient la garantie qu’ils ne sont pas une copie. Il va y avoir des réveils douloureux par manque de raisonnement pérenne », notent-ils.

AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux 
Il y aura encore du mildiou en 2100

Publié le 02 avril 2015

Bordeaux 
Commercialisation et prix du vrac en berne

Publié le 20 mars 2015

Bordeaux
Les JA appellent à ne pas lâcher sur les prix

Publié le 05 mars 2015

Bordeaux 
Le bio s’alarme de la baisse des cours

Publié le 27 février 2015

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin