Actualités viticoles

Bordeaux Les haies s’invitent dans les Côtes de Bourg

Publié le jeudi 19 novembre 2015 - 14h35

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les vignerons des Côtes de Bourg veulent s’engager pour limiter l’exposition aux phytos des sites sensibles. Des premières haies vont être plantées le 9 décembre et une charte de bon voisinage a été mise en place.

Les haies protégeront les voisins des vignes des embruns de traitement.

Les haies protégeront les voisins des vignes des embruns de traitement.

Pointés du doigt après l’accident de Villeneuve-de-Blaye, en avril 2014, les vignerons des Côtes de Bourg veulent être à la pointe du vivre ensemble. Annoncé au printemps dernier, le projet collectif de plantation de haies arboricoles entre les sites sensibles (crèches, écoles, maisons de retraite, pôles de santé, etc.) et les parcelles viticoles en Côtes de Bourg va se concrétiser en cette fin d’automne.

Le 9 décembre prochain commenceront les premiers travaux de plantation, à Saint-Ciers-de-Canesse (Gironde). Et pendant le dernier mois de l’année, le syndicat viticole annonce, en tout, la plantation d’un kilomètre de haies dans cinq des treize communes présentant des zones à risque, l’AOC comptant quinze communes. Dès 2016, une deuxième série de plantations est annoncée.

UNE CHARTE DE BON VOISINNAGE

D’après le diagnostic réalisé fin 2014, l’aire d’appellation Côtes de Bourg réunit 24 sites sensibles (c’est-à-dire se trouvant à moins de 50 mètres d’une parcelle). Pour protéger ces zones de l’exposition aux embruns phytosanitaires lors des traitements, il faudrait planter 2,4 km de haies protectrices.

En complément de la mise en place d’une zone tampon, le syndicat viticole et la communauté de communes ont proposé une charte de bon voisinage entre les collectivités locales et les vignerons volontaires. À ce jour, 26 vignerons ont adopté cette charte qui les engage à « avertir l’établissement et la mairie des dates de traitements au plus tard la veille de ces travaux » et « adapter leurs horaires de traitement en tenant compte des activités extérieures collectives ». De leur côté, les communes « s’engagent à fournir aux viticulteurs les horaires d’ouverture et de fréquentation des sites sensibles ».

Alexandre Abellan
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cognac
Déplacer les vignes hors des zones sensibles

Publié le 16 septembre 2015

Vigne 
Stéphane Le Foll favorable à la fin des traitements hélico

Publié le 23 juillet 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin