Actualités viticoles

Bordeaux  Le bio s’alarme de la baisse des cours

Publié le vendredi 27 février 2015 - 13h21

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Cette année, le bordeaux rouge bio s’échange à 144 €/hl contre 178 €/hl l’an dernier. « Ces cours mènent les producteurs à leur perte », s’alarme Patrick Boudon, président du Syndicat des vignerons bio d’Aquitaine (SVBA) dans une lettre ouverte parue sur le site du syndicat, le 26 février.

« Quand vous achetez un vin biologique, vous n’achetez pas que du vin. » C’est ainsi que s’ouvre la lettre ouverte que Patrick Boudon, président du Syndicat des vignerons bio d’Aquitaine, a adressée à tous les acheteurs de vins bio (professionnels comme consommateurs), le 26 février.

Patrick Boudon s’alarme de contrats signés à des cours ne dépassant pas les 1 300 € le tonneau de bordeaux rouge (144 €/hl) contre 1 600 € l’an dernier (178 €/hl). Des prix bien inférieurs aux coûts de revient. Dans sa lettre, le vigneron rappelle qu’une récente étude de la chambre d’agriculture de la Gironde estime à 1 934 € le coût de production d’un tonneau de 900 l*.

« Une petite poignée d’acheteurs a décidé que les vignerons bio travailleront désormais pour rien. Rien ne justifie, sur le plan économique, des offres aussi faibles », dénonce-t-il.

Interrogé sur la situation, Allan Sichel, président de l’Union des maisons de Bordeaux, exclut toute concertation entre les acheteurs pour faire chuter les prix. « Le marché est beaucoup trop ouvert et les acteurs trop nombreux pour pouvoir organiser une spéculation à la baisse », affirme-t-il. Selon lui, la chute des cours résulte d’un déséquilibre entre l’offre et la demande.

DES RISQUES DE DÉCONVERSION APRÈS TROIS MILLÉSIMES DIFFICILES

Cette analyse ne convainc pas Patrick Boudon, persuadé que le consommateur serait prêt à payer la différence si le négoce la répercutait sur ses prix de vente. Il redoute des déconversions après trois millésimes difficiles et constate que les vins conventionnels sont tout aussi mal lotis.

La baisse des cours des vins bio s’inscrit, en effet, dans un mouvement plus général. L’an dernier, le bordeaux rouge conventionnel du millésime 2013 avait atteint le prix moyen de 1 300 € le tonneau (144 €/hl). Ce n’est plus d’actualité. Le millésime 2014 se situe à « 1 200 € le tonneau, avec des premiers prix à 1 100 € », rapporte Stéphane Héraud, président de la cave de Tutiac.

À l’inverse de son confrère, il se dit « satisfait par ces prix. Avec nos rendements 2014, la viticulture va réaliser son meilleur chiffre d’affaires depuis 15 ans ! »

 

* dans le cadre d’une exploitation de 15 ha en AOC Bordeaux rouge, avec un rendement de 48 hl/ha

 

Alexandre Abellan Vitisphere-La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux 
Commercialisation et prix du vrac en berne

Publié le 20 mars 2015

Bordeaux 
Les investisseurs chinois touchés par le recul des exportations

Publié le 16 mars 2015

Bordeaux
Les JA appellent à ne pas lâcher sur les prix

Publié le 05 mars 2015

Gironde
Daniel Amblevert condamné par la cour d'appel de Bordeaux

Publié le 17 février 2015

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin