Actualités viticoles

Bordeaux La SNCF minimise les risques liés à la ligne de TGV

Publié le mercredi 21 octobre 2015 - 10h53

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

,

Dans une étude publiée le 12 octobre, Réseau SNCF estime que l’impact d’une ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse serait nul pour le vignoble. Un conditionnel qui ne convient pas aux viticulteurs.

La vallée du Ciron baigne à l’automne dans une brume qui favorise le développement de la pourriture noble, trésor du Sauternes. ©P.ROY

La vallée du Ciron baigne à l’automne dans une brume qui favorise le développement de la pourriture noble, trésor du Sauternes. ©P.ROY

Les vendanges terminées, le vignoble bordelais reprend du poil de la bête pour lutter contre le projet de ligne LGV. Dans un communiqué, Laurent Gapenne, le président de la Fédération des grands vins de Bordeaux, réclame « du porteur de projet qu’il nous apporte […] une étude approfondie des conséquences du projet sur le régime hydrologique et climatique local ».

Pour les viticulteurs de Sauternes et Barsac, en effet, l’ouvrage pourrait avoir un impact considérable sur les équilibres agroclimatiques qui permettent la production du liquoreux.

Réseau SNCF (maître d’œuvre du GPSO, le Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest) a alors répondu avoir réalisé une étude répondant à ces inquiétudes et questions. Publié discrètement ce 12 octobre, ce rapport a été finalisé en juillet. Unanimement, les trois bureaux d’études mandatés « concluent à l’absence d’impact prévisible pour les AOC Sauternes et Barsac, tant sur le climat que de manière indirecte sur le régime des eaux du Ciron », comme le résume réseau SNCF.

BIEN TROP D’INCERTITUDES

D’après leurs modèles et recherches bibliographiques, les experts minimisent en effet l’impact des ouvrages de franchissement sur l’écoulement du Ciron et son effet sur les phénomènes d’inversion de températures (et du brouillard propice à la pourriture noble). « Les impacts, qui devraient être minimes, seront encore plus atténués concernant les débits automnaux du Ciron au droit des vignobles AOC », conclut le cabinet d'experts GéoDiag, à Gan, dans les Pyrénées-Atlantiques.

« Au vu du conditionnel employé, ce sont plutôt des études préalables qui laissent de grandes incertitudes, notamment en hydrologie », estime Yann Le Goaster, directeur de la FGVB. Pour lui, « on ne pourra pas faire l’économie d’études de terrain sur des problématiques telles que l’incidence de l’emprise au sol des travaux ».

Prévoyant les critiques des vignerons inquiétés par la réalisation rapide de ces trois études essentiellement théoriques, Réseau SNCF annonce d’ores et déjà de prochaines « investigations complémentaires », sans plus de précisions.

Alexandre Abellan
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
La LGV passe en force

Publié le 29 septembre 2015

Bordeaux 
Sauternes a sa cave coop

Publié le 02 juillet 2015

Bordeaux
La ligne LGV Aquitaine n’est pas considérée d’utilité publique

Publié le 02 avril 2015

Gironde 
Preignac se dote d’une station de traitements des effluents

Publié le 08 novembre 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin