Actualités viticoles

Bordeaux La LGV passe en force

Publié le mardi 29 septembre 2015 - 15h01

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Le gouvernement a décidé de poursuivre le projet de ligne de TGV reliant Bordeaux à Toulouse et Dax. Les vignerons de Sauternes regrettent une décision unilatérale qui risque d’impacter le «choc thermique miraculeux» indispensable à la production du liquoreux.

C’est la consternation dans le vignoble du sud de la Gironde : le projet de lignes à grande vitesse (LGV) reliant Bordeaux à Dax et Toulouse vient d’être relancé. « Le gouvernement a décidé de poursuivre la procédure Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) pour les LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse, en saisissant pour avis le Conseil d’État », a annoncé Alain Vidalies, le ministre des Transports, sur son compte Twitter le samedi 26 septembre.

Cette annonce laconique est un « violent » et « terrifiant » déni de démocratie pour Xavier Planty, le président du syndicat viticole de Sauternes, alors que l’enquête publique avait rendu un avis défavorable au projet. Visiblement sous le choc, le copropriétaire du château Guiraud est attristé par « une décision politique qui rejette toute logique écologique. Ils partent du principe que si l’on arrache un arbre, il suffit de le replanter. Mais on sait que les choses sont liées de manière bien plus complexe… »

« UN MASSACRE PATRIMONIAL ET ENVIRONNEMENTAL »

En effet, le vignoble craint l’impact des infrastructures ferroviaires sur la vallée du Ciron, où les conditions bioclimatiques permettent le bon développement de la pourriture noble sur les raisins. Un phénomène indispensable à la production des vins de Sauternes.

« Le rouleau compresseur est en marche », alerte Dominique Guignard. Le président du syndicat viticole de Graves regrette que, en dix ans de débats, les propositions de tracés alternatifs n’aient pas porté leurs fruits. Car les représentants du vignoble ne rejettent pas le GPSO en lui-même, ils souhaitent en faire bouger les lignes pour ne plus menacer l’affluent de la Garonne.

Secouant la passagère apathie du vignoble, le député de Gironde Gilles Savary, qui se définit comme le « député du Sauternes », se dit « déterminé » à ne pas laisser faire ce « massacre patrimonial et environnemental ». « Je mets au défi quiconque de démontrer qu’il n’y aura pas d’impact sur le choc thermique miraculeux qui permet au sauternes d’exister ! », tempête-t-il. Une enquête sur les effets viticoles des aménagements ferroviaires pourrait permettre de relancer les négociations.

Alexandre Abellan
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
La SNCF minimise les risques liés à la ligne de TGV

Publié le 21 octobre 2015

Bordeaux 
Sauternes a sa cave coop

Publié le 02 juillet 2015

Bordeaux
La ligne LGV Aquitaine n’est pas considérée d’utilité publique

Publié le 02 avril 2015

Gironde 
Preignac se dote d’une station de traitements des effluents

Publié le 08 novembre 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin