Actualités viticoles

Bordeaux  Enquête sur une attaque imprévue de mildiou

Publié le jeudi 11 juin 2015 - 15h08

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Une commission vient de se mettre en place en Gironde pour comprendre l’attaque imprévue de mildiou par les services officiels dans le Libournais, le Nord-Médoc, les Graves et l’Entre-deux-Mers.

À la surprise générale, une forte attaque de mildiou a frappé début juin la Gironde. © P. ROY

À la surprise générale, une forte attaque de mildiou a frappé début juin la Gironde. © P. ROY

L’attaque est très violente. Depuis début juin, le mildiou frappe particulièrement le Libournais – du côté de Néac –, mais aussi le Nord-Médoc, l’Entre-deux-Mers – vers Targon – et les Graves. « Les merlots sont très touchés avec des dégâts sur 5 à 60 % des grappes dans certaines parcelles. On voit des rideaux de taches. Même les rameaux sont atteints. C’est exceptionnel », lâche Patrick Vasseur, vice-président de la chambre d’agriculture de la Gironde, à l’initiative de la création d’une commission de travail pour comprendre ce phénomène qui a pris tout le monde de court.

UNE VIOLENTE ATTAQUE

Serge Audubert, à la tête de trois propriétés pour 24 ha au total, ne peut que constater les dégâts. Sur ses 17 ha de vignes de château-laborde, à Saint-Médard-de-Guizières, en AOC Bordeaux supérieur, 2 ha sont très touchés. « Les feuilles, les rameaux, les grappes : tout est atteint. Nous allons perdre au moins 50 % de récolte sur ces 2 ha. »

Le 1er mai, ce viticulteur observe une tache sur un pampre. Rien de bien méchant. D’autant que le « Bulletin de santé du végétal » qu’il a lu trois jours auparavant se veut rassurant. « Les œufs d’hiver ne sont pas mûrs […]. Pas de risque de contamination », indique-t-il.
Par précaution, Serge Audubert commence les traitements préventifs le 7 mai. Le 15 mai, la violence de l’attaque le sidère : « Je suis installé depuis 1987. Je n’avais jamais vu cela, lâche-t-il. Le modèle informatique qui est censé nous alerter sur l’évolution du mildiou n’est pas au top. »

UN SYSTÈME D’ALERTE DÉFAILLANT

Ce modèle « a des défaillances », confie Patrick Vasseur. Le 5 juin dernier, le vice-président de la chambre d’agriculture de la Gironde a réuni une commission de travail comprenant des représentants du Sral, de la chambre d’agriculture, de l’Inra et de l’IFV. Objectif ? Cartographier les parcelles touchées et comprendre cette attaque que personne n’a vu venir. La commission va se pencher sur les améliorations à apporter au modèle de prévision du risque mildiou et étudier les paramètres climatiques, le réglage des appareils de traitements…
Quant à Serge Audubert, les forts orages qui devraient toucher la Gironde ce 11 juin en fin de soirée ne sont pas de nature à le rassurer. Il redoute que le mildiou poursuive son avancée.

Colette Goinère La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Hérault
Des attaques de mildiou très précoces

Publié le 18 mai 2015

Bordeaux 
Il y aura encore du mildiou en 2100

Publié le 02 avril 2015

Lutte antimildiou
Vivadour fait les comptes

Publié le 03 mars 2015

Mildiou-oïdium
Une protection de 21 jours est envisageable sous condition

Publié le 12 février 2015

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin