Actualités viticoles

Bordeaux  Enquête sur une attaque imprévue de mildiou

Publié le jeudi 11 juin 2015 - 15h08

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Une commission vient de se mettre en place en Gironde pour comprendre l’attaque imprévue de mildiou par les services officiels dans le Libournais, le Nord-Médoc, les Graves et l’Entre-deux-Mers.

À la surprise générale, une forte attaque de mildiou a frappé début juin la Gironde. © P. ROY

À la surprise générale, une forte attaque de mildiou a frappé début juin la Gironde. © P. ROY

L’attaque est très violente. Depuis début juin, le mildiou frappe particulièrement le Libournais – du côté de Néac –, mais aussi le Nord-Médoc, l’Entre-deux-Mers – vers Targon – et les Graves. « Les merlots sont très touchés avec des dégâts sur 5 à 60 % des grappes dans certaines parcelles. On voit des rideaux de taches. Même les rameaux sont atteints. C’est exceptionnel », lâche Patrick Vasseur, vice-président de la chambre d’agriculture de la Gironde, à l’initiative de la création d’une commission de travail pour comprendre ce phénomène qui a pris tout le monde de court.

UNE VIOLENTE ATTAQUE

Serge Audubert, à la tête de trois propriétés pour 24 ha au total, ne peut que constater les dégâts. Sur ses 17 ha de vignes de château-laborde, à Saint-Médard-de-Guizières, en AOC Bordeaux supérieur, 2 ha sont très touchés. « Les feuilles, les rameaux, les grappes : tout est atteint. Nous allons perdre au moins 50 % de récolte sur ces 2 ha. »

Le 1er mai, ce viticulteur observe une tache sur un pampre. Rien de bien méchant. D’autant que le « Bulletin de santé du végétal » qu’il a lu trois jours auparavant se veut rassurant. « Les œufs d’hiver ne sont pas mûrs […]. Pas de risque de contamination », indique-t-il.
Par précaution, Serge Audubert commence les traitements préventifs le 7 mai. Le 15 mai, la violence de l’attaque le sidère : « Je suis installé depuis 1987. Je n’avais jamais vu cela, lâche-t-il. Le modèle informatique qui est censé nous alerter sur l’évolution du mildiou n’est pas au top. »

UN SYSTÈME D’ALERTE DÉFAILLANT

Ce modèle « a des défaillances », confie Patrick Vasseur. Le 5 juin dernier, le vice-président de la chambre d’agriculture de la Gironde a réuni une commission de travail comprenant des représentants du Sral, de la chambre d’agriculture, de l’Inra et de l’IFV. Objectif ? Cartographier les parcelles touchées et comprendre cette attaque que personne n’a vu venir. La commission va se pencher sur les améliorations à apporter au modèle de prévision du risque mildiou et étudier les paramètres climatiques, le réglage des appareils de traitements…
Quant à Serge Audubert, les forts orages qui devraient toucher la Gironde ce 11 juin en fin de soirée ne sont pas de nature à le rassurer. Il redoute que le mildiou poursuive son avancée.

Colette Goinère La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Hérault
Des attaques de mildiou très précoces

Publié le 18 mai 2015

Bordeaux 
Il y aura encore du mildiou en 2100

Publié le 02 avril 2015

Lutte antimildiou
Vivadour fait les comptes

Publié le 03 mars 2015

Mildiou-oïdium
Une protection de 21 jours est envisageable sous condition

Publié le 12 février 2015

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin