Actualités viticoles

Bordeaux « Des cours fermement établis au-dessus de 1 000 euros le tonneau »

Publié le mardi 16 avril 2013 - 16h40

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Au menu, le 15 avril, de l’assemblée générale de l’interprofession des vins de Bordeaux : un tour d’horizon de la bonne santé de la filière et une page qui se tourne. Après vingt-quatre ans passés à la direction du CIVB, Roland Feredj laisse sa place à Fabien Bova, nouveau directeur général en juillet prochain.

Georges Haushalter, le président du CIVB, n’a pas manqué de rappeler les résultats « satisfaisants » des vins de Bordeaux.

Georges Haushalter, le président du CIVB, n’a pas manqué de rappeler les résultats « satisfaisants » des vins de Bordeaux.

« Nos exportations de vins de Bordeaux ont terminé l’année 2012 sur une croissance de 9 % en volume, à près de 2,4 millions d’hl, et de 16 % en valeur, à près de 2,3 milliards d’euros. Cette évolution positive a un impact favorable sur le prix moyen du tonneau de bordeaux (900 litres, AOC Bordeaux rouge, NDLR) retiré en vrac qui s’établit maintenant fermement au-dessus des 1 000 euros. » Georges Haushalter, le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), n’a pas manqué de rappeler les résultats « satisfaisants » des vins de Bordeaux le 15 avril devant l’assemblée générale de son interprofession.

Mais il a également souligné que « tout n’est pas rose » et qu’il faut lutter pour « renverser la tendance légèrement négative du marché français qui reste essentiel à nos affaires puisqu’il représente près de 60 % des volumes commercialisés de vins de Bordeaux ».

Autre sujet de satisfaction : le projet de réforme de la Pac, en cours d’élaboration, prévoit de « donner une véritable reconnaissance aux interprofessions telles que nous les connaissons et les pratiquons en France depuis longtemps », a-t-il indiqué. Sans compter les « garanties très sérieuses » apportées sur le fait que la mention traditionnelle « château » restera protégée sur le marché européen. Reste qu’il ne faut pas relâcher les efforts.

« On peut se féliciter des performances, mais on ne peut pas s’en satisfaire », a indiqué Hervé Durand, le directeur de la Draaf Aquitaine (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt), rappelant la nécessité de « regagner de la valeur », de « conquérir de nouvelles place sur les marchés ». Mais aussi la nécessité de « mettre en résonance l’ensemble des acteurs ».

Exemple avec le dossier des caves coopératives où l’objectif est d’avoir des opérateurs moins nombreux et plus performants pour une meilleure organisation du marché du vrac. « Ce mouvement de restructuration suscite des craintes », a souligné Hervé Durand. Et d’annoncer qu’il travaillait à l’élaboration d’une convention d’objectifs passée entre le négoce et la coopération. Elle devrait être formalisée dans les prochaines semaines.

Un autre chantier d’importance est dans les tuyaux. Le CIVB réfléchit à des « outils collectifs puissants » pour limiter les risques de contrefaçon. Des propositions « innovantes » devraient être présentées dans les mois qui viennent.

Cette assemblée générale ne s’est pas contentée de parler d’économie et de technique. Georges Haushalter a rendu hommage à Roland Feredj, le directeur général du CIVB, qui part à la retraite le 1er juillet prochain après vingt-quatre ans à la tête de l’interprofession. Saluant sa « probité exceptionnelle, qu’elle soit intellectuelle ou financière » et « l’exigence et la motivation » avec lesquelles il a dirigé le CIVB. Une page se tourne. Son successeur, Fabien Bova, directeur général de FranceAgriMer depuis 2009, a été présenté.

Un budget de 28 millions d’euros pour la promotion des vins de Bordeaux

Avec 8 millions d’euros de réserves engrangées au cours des trois derniers exercices (de 2010 à 2012), le CIVB peut compenser l’absence cette année de subventions venues de Bruxelles (5,6 millions d’euros en 2012).

« Bordeaux va poursuivre ses efforts de promotion dans les pays non européens alors que d’autres devront lever le pied en attendant le retour de ces aides en 2014 », indique-t-on au CIVB. Avec un budget de 28 millions d’euros pour la promotion, les vins de Bordeaux vont continuer à se faire connaître à l’international, mais aussi en France, où sont vendues 60 % des bouteilles produites. Un quart du budget promotionnel y sera affecté. C’est ainsi que la campagne sur les rosés est reconduite. Avec un budget de 1,5 millions d’euros.

 

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
L’offre œnotouristique s’enrichit

Publié le 15 mai 2013

Bordeaux
Baisse des prix mesurée sur les primeurs 2012

Publié le 13 mai 2013

Bordeaux
Un viticulteur obtient l’annulation d’une livraison de phytos

Publié le 07 mai 2013

Bordeaux
10 000 ha engagés dans le management environnemental

Publié le 29 mars 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin