Actualités viticoles

Bordeaux  De bons espoirs pour la récolte 2015

Publié le vendredi 04 septembre 2015 - 16h04

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Tous les signaux sont au vert pour une bonne récolte en quantité et en qualité. Mais les vignerons bordelais restent prudents et espèrent que le millésime 2015 rattrapera la difficile année 2013.

Bernard Farges, le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). © P. ROY

Bernard Farges, le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). © P. ROY

« Attention, les raisins ne sont pas encore récoltés. Même si nous sommes confiants, restons prudents », prévient d’emblée le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), Bernard Farges, interrogé le 3 septembre par l’AFP.

Si les conditions de floraison et de maturation des raisins ont été parfaites, les viticulteurs attendent la fin des vendanges pour se réjouir complètement. En volume, sauf accident, les quantités récoltées devraient se situer dans la moyenne décennale, autour de 5 millions d’hectolitres, soit largement au-dessus de celle de 2013 (3,838 millions d’hectolitres).

« L’impact de 2013 s’est fait sentir sur nos résultats les années suivantes et devrait encore se faire sentir jusqu’en 2016, avec un manque à gagner total sur trois ans estimé à 1,5 milliard d’euros », a expliqué Bernard Farges.

En plus des conséquences de cette faible récolte historique, le ralentissement du marché chinois, premier marché à l’exportation des vins de Bordeaux, pénalise les résultats. Pour la période 2014-2015, le tassement des affaires en Chine est ainsi estimé à - 25 %.

UNE BONNE DYNAMIQUE À L’EXPORT

Pour autant, selon Bernard Farges, « le deuxième trimestre 2015 montre un redressement du marché chinois » qui se conjugue avec « une bonne dynamique aux États-Unis et au Japon ». Grâce, notamment, à la baisse de l’euro face au dollar, qui favorise les exportations, «notre grand export tourne bien », s’est-il félicité. Le marché européen, lui, « ralentit sa baisse mais on ne peut pas encore parler de reprise ».

Si la campagne primeurs 2014 des grands crus bordelais « n’a pas été euphorique mais pas catastrophique non plus », selon le président du CIVB, la parité euro-dollar a eu plus d’effet « sur la commercialisation des vins livrables, les millésimes 2011 et 2012, que sur les primeurs 2014 », a-t-il déclaré, notant que « l’important est que nous soyons sur une dynamique forte ».

AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Export
Hausse des expéditions de bordeaux vers la Chine

Publié le 24 septembre 2015

Bordeaux
Des volumes « normaux » en rouges en 2015

Publié le 23 septembre 2015

Bordeaux
Euralis très confiant dans le millésime 2015

Publié le 10 septembre 2015

Hérault
Le millésime 2015 le plus précoce depuis 1950

Publié le 25 août 2015

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin