Actualités viticoles

Blaye Côtes-de-Bordeaux Vent de révolte contre les décisions de l’ODG

Publié le lundi 14 février 2011 - 14h26

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

55 viticulteurs vont assigner le syndicat viticole de Blaye au tribunal de grande instance de Bordeaux pour « non-conformité de l’ordre du jour » de la dernière assemblée générale du 12 octobre 2010. Cette AG a vu l’approbation de l’ambitieux plan d’action de l’appellation pour 2011-2015, assorti d'une forte hausse des cotisations.

Jean Lissague, le directeur de l’ODG de Blaye Côtes-de-Bordeaux

Jean Lissague, le directeur de l’ODG de Blaye Côtes-de-Bordeaux

Le plan prévoit des investissements de 420 000 € par an pour revaloriser l’appellation (voir l'article L’AOC Blaye Côtes-de-Bordeaux dévoile son plan anti-crise). Les viticulteurs sont vent debout contre les hausses de cotisations décidées pour réunir cette somme. « La partie syndicale passe de 0,32 centime à 2,31 euros l’hectolitre. Ce n'est pas acceptable », indique Bruno Cazaufranc, viticulteur à Saint-Vivien.

Autre raison de la colère : une nouvelle règle qui prévoit l’obligation de mettre en bouteille à la propriété pour pouvoir mentionner « Blaye Côtes-de-Bordeaux » sur les étiquettes. Les vins vendus en vrac passeraient en Côtes-de-Bordeaux.

« C’est une façon de sortir les vraqueurs de l’appellation et de les diriger vers les caves coopératives qui, compte tenu de leurs énormes investissements en plate-forme de conditionnement, ne demandent qu’à récupérer du volume », estime un viticulteur sous anonymat.

Le 10 février dernier, ce dossier est passé en comité national de l’Inao qui a décidé de le mettre en procédure nationale d’opposition. Les opposants ont donc deux mois pour faire valoir leurs arguments. Ensuite, l’ODG de Blaye devra apporter ses réponses. Puis l’Inao tranchera.

En attendant les viticulteurs en colère ne sont pas restés inactifs. Le 8 février dernier, ils se sont réunis à Saint-Vivien-de-Blaye et ont décidé d’attaquer le syndicat en justice.

Ce groupe de « rebelles » comme l’appelle Bruno Cazaufranc, est constitué de plusieurs sensibilités. Il y a les « durs » qui ne veulent plus payer de cotisations. Il y a les « modérés » qui veulent rediscuter point par point le plan. Bruno Cazaufranc, lui, estime qu’il faut s’attaquer à la racine du mal : « Il y a 65 000 hectolitres en trop tous les ans par rapport à ce que l’appellation peut vendre. »

Dans les prochains jours, les viticulteurs contestataires vont créer une association, histoire « d’entretenir » et de « faire vivre » leurs revendications. Un bulletin d’information régulier sera édité.

Jean Lissague, le directeur de l’ODG de Blaye Côtes-de-Bordeaux l’avoue : « Je ne m’attendais pas à être attaqué. ». Il se dit « inquiet. Nous avons travaillé pour mettre en place une stratégie qui permette aux vins de Blaye d’être mieux valorisés. Je crains la division alors qu’il faudrait se serrer les coudes ».

C. G.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cotisations interprofessionnelles
La fronde gagne le Languedoc

Publié le 11 mars 2011

Stratégie
L’AOC Blaye Côtes-de-Bordeaux dévoile son plan anti-crise

Publié le 09 février 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin