Actualités viticoles

Bio Le vignoble avance doucement

Publié le vendredi 22 mai 2015 - 17h36

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Selon les chiffres de l’Agence Bio, les surfaces de vignes certifiées en bio ont progressé de 2 % en 2014 pour atteindre 66 200 ha. Ce secteur dope l’emploi agricole, note l’organisme.

« La viticulture a toujours été très dynamique dans le développement du bio », rappelle Élisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio. É.-A. JODIER

« La viticulture a toujours été très dynamique dans le développement du bio », rappelle Élisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio. É.-A. JODIER

Ce n’est plus le dynamisme à deux chiffres, comme cela a été le cas par le passé, mais la viticulture biologique reprend un rythme de croissance en 2014. Le vignoble estampillé AB voit sa superficie passer à 66 200 ha, soit 2 % de plus qu’en 2013. Cette année, l’évolution des surfaces conduites en bio avait marqué une pause après la très forte croissance des années 2007-2011 (le vignoble bio était alors passé de 25 500 ha à 61 000 ha).

Les 66 200 ha de vignes certifiés bio en 2014 représentent 8,4 % des surfaces agricoles bio (contre 8,2 en 2013) et 8,8 % du vignoble français. Les surfaces en conversion, elles, continuent leur recul, à 11 509 ha au total contre 15 347 ha en 2013.

Pourtant, de plus en plus d’exploitations viticoles se laissent tenter par l’aventure : 5 081 exactement en 2014, soit 3 % de plus qu’en 2013 (qui avait connu un recul par rapport à 2012).

PRÈS DE DEUX FOIS PLUS D’EMBAUCHES QU’EN CONVENTIONNEL

« La viticulture a toujours été un secteur très dynamique dans le développement du bio, rappelle Élisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio. Les exploitations qui s’engagent dans cette voie sont une excellente source d’emploi. » En effet, un domaine bio embauche en moyenne 3,5 UTA (unité de travail annuel) pour seulement 1,8 en conventionnel. C’est la différence la plus forte de tout le secteur agricole.

Côté commercialisation, le montant des ventes de vin biologique auprès des ménages a augmenté de 13,7 % en 2014, à 572 millions d’euros. C’est la vente directe qui a la faveur des consommateurs pour ce produit (228 millions d’euros), devant les magasins spécialisés en bio (135 millions d’euros), les grandes surfaces (106 millions d’euros) et les artisans-commerçants divers (103 millions d’euros).

Émilie-Anne Jodier
La Vigne – Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bourgogne
Audience reportée pour Thibault Liger-Belair

Publié le 20 mai 2015

Flavescence dorée
Un nouveau vigneron bio poursuivi pour refus de traitement

Publié le 27 avril 2015

International 
Le vignoble chinois devance la France

Publié le 27 avril 2015

Levures indigènes 
Moins de diversité en bio

Publié le 21 avril 2015

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin