Actualités viticoles

Bergerac  Gros manque à gagner après la petite récolte

Publié le mardi 03 décembre 2013 - 15h49

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Selon l’interprofession de Bergerac, le manque de disponibilités pour la nouvelle campagne pourrait entraîner une perte de chiffre d’affaires évaluée à 10 millions d’euros en 2014 et 2015. Le préfet de Dordogne a créé une cellule de soutien aux exploitations les plus impactées par les pertes de récolte. Dans le même temps, le marché du vrac se met à flamber.

Le constat est sans appel : la récolte 2013 dans le vignoble bergeracois devrait être de 375 000 hectolitres, toutes appellations confondues, au lieu des 500 000 hl en moyenne. Si l’on y ajoute les 447 000 hl de stocks au 31 juillet, les disponibilités pour la campagne 2013-2014 sont en retrait de 17 % sur l’ensemble des appellations. Ce recul atteint même 25 % si l’on ne considère que les bergeracs rouges, qui représentent à eux seuls les deux tiers des ventes des vignerons bergeracois.

L’interprofession a fait les calculs : le chiffre d’affaires global de la filière va accuser 20 % de baisse pour les années 2014 et 2015, soit une perte évaluée à 10 millions d’euros sur deux ans.

MESURES CONCRÈTES

Du coup, à la demande du Conseil interprofessionnel des vins de la région de Bergerac (CIVRB), de la Fédération des vins du bergeracois et de celle des négociants, le préfet de Dordogne a décidé la mise en place d’une cellule de soutien à la filière. Le 18 décembre prochain, des mesures concrètes de soutien et d’accompagnement devraient être annoncées.

En attendant, le cours du bergerac rouge grimpe. Il était de 804 euros (89 €/hl) en 2012-2013. Ces jours-ci, les transactions se font fréquemment autour de 1 000 euros le tonneau (111 €/hl). « Avec cette petite récolte, les prix vont continuer à monter. Mais on ne sait pas de combien et à quel rythme. Nous vivons une situation de marché très inédite. Depuis la campagne 1999-2000, les cours n’avaient pas atteint 1 000 euros », souligne Éric Hugot, responsable du service économique du CIVRB.

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Aquitaine
Mariage en vue entre Bergerac et Duras

Publié le 19 décembre 2013

Vendanges
La coopération annonce une année favorable aux bulles

Publié le 06 novembre 2013

Grêle dans le Bordelais 
156 millions d’euros de perte de chiffre d'affaires

Publié le 28 août 2013

Bergerac
Un château s’affiche comme « le meilleur Pécharmant »

Publié le 21 août 2013

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin