Actualités viticoles

Beaujolais  Un pôle high-tech de dégustation

Publié le mardi 24 janvier 2012 - 15h34

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Un pôle d’expertise national en matière de dégustation sensorielle a été inauguré le 23 janvier dans les locaux du « 210 » en Beaujolais, à Villefranche-sur-Saône (Rhône), où sont regroupées les instances vini-viticoles locales.

À l’intérieur, deux salles high-tech attendent les dégustateurs. La première, dotée de vingt postes de dégustation informatisés, veut « à la fois être un outil performant de formation des dégustateurs et de recherche appliquée », explique Valérie Lempereur, ingénieur à l’Institut français de la vigne - Sicarex. « Les dégustateurs rempliront leurs fiches sur un écran tactile et les résultats seront immédiatement intégrés à un logiciel. Chacun pourra ainsi connaître ses résultats et ceux de l’ensemble des dégustateurs. C’est un outil précieux pour améliorer les connaissances des goûteurs. Par ailleurs, on pourra mener dans cette salle des dégustations pour définir les profils de vins qui plaisent aux consommateurs, tester de nouveaux produits… Nous travaillons également avec le Centre européen des sciences du goût de Dijon pour transposer ici leurs recherches fondamentales. »

La référence au niveau national

La deuxième salle, où un à trois dégustateurs pourront prendre place, sera réservée à la presse pour ses dégustations.
« C’est, à notre connaissance, un outil unique en France, se félicite Jean Bourjade, directeur d’Inter Beaujolais. Cet investissement prend place dans la politique d’excellence que le Beaujolais compte mener. »

D’un montant de 180 000 euros, financés à 70 % par l’interprofession et 30 % par la région Rhône-Alpes, l’implantation de cet outil dans le Beaujolais n’était pas une évidence. « Il a fallu convaincre les deux familles, résume Dominique Capart, président production d’Inter Beaujolais. Mais nous en attendons des retombées presse et un bénéfice important en termes de recherches sur les cépages. »

« Le fait que 12 % du budget de l’interprofession soit destinée à la recherche et développement a compté dans notre choix d’implantation », expliquait Bernard Nadal, président de l’IFV, qui fera de cet outil le référent au niveau national en matière de dégustation sensorielle.

D. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Exportations 2011
Nos vins et spiritueux passent la barre des 10 milliards d'euros

Publié le 14 février 2012

Marketing
Grain de Glace, le rosé qui n’a pas froid aux yeux

Publié le 31 janvier 2012

Bruno Kessler
« Nous avons deux belles années devant nous »

Publié le 31 janvier 2012

Indre-et-Loire
Le ton monte entre l’AOC Montlouis et InterLoire

Publié le 19 janvier 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin