Actualités viticoles

Beaujolais Un débourrement irrégulier

Publié le jeudi 19 avril 2012 - 10h49

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Si les dates de débourrement semblent plutôt précoces, les vignes ont subi le contrecoup d’une météo médiocre en avril et des gelées de l’hiver. Celles-ci ont laissé des traces sur les bourgeons. Une commission d’enquête se réunira le 27 avril pour estimer la situation.

Caroline Respaud, conseillère viticole au Comité de développement du Beaujolais. © D. BESSON

Caroline Respaud, conseillère viticole au Comité de développement du Beaujolais. © D. BESSON

Le débourrement a été plutôt précoce en Beaujolais. C’est ce qui ressort des données collectées par le Comité de développement du Beaujolais (chambre d’agriculture du Rhône). Des données, encore partielles, « laissent apparaître un débourrement le 28 mars pour les parcelles les plus précoces, contre le 1er avril en 2011 », note Florence Artaud, du CDB.

Des données qui rapprochent 2012 d’années comme 2001 et 2002. Cette précocité a néanmoins été atténuée par la météo du mois d’avril qui a entraîné un ralentissement du développement des bourgeons.

Mais, sur le terrain, c’est la multiplicité des situations qui frappe. « La situation est très étrange, confirme Gaby Savoye, exploitant à Régnié-Durette. Sur un même cep, on peut avoir un bourgeon dans son coton, débourré, en pointe verte, voire avec une feuille étalée ! J’ai rarement vu ça. Est-ce l’influence du gel ? Toujours est-il qu’il existe un décalage très important dans une même vigne : les branches les plus fortes continuent de pousser et celles qui ont été inhibées par le froid prennent encore plus de retard avec la météo d’avril. »

L’expectative est donc de mise pour connaître l’impact réel du gel du mois de février, notamment dans le nord du Beaujolais et sur les surfaces de coteaux très exposées.

« Certains bourgeons du haut, plus exposés sur la taille en gobelet, ont été touchés par le gel. On signale même une parcelle touchée à 40 % à Chiroubles dans notre réseau d’observation. Mais il est encore trop tôt pour dire avec certitude si ces bourgeons seront viables ou pas », résume Caroline Respaud, conseillère viticole du CDB.

Il ressort cependant que des viticulteurs ont signalé les dégâts du gel et qu’une commission d’enquête se rendra sur le terrain le 27 avril pour estimer la situation et ouvrir la voie à d’éventuelles assurances gel.

« C’est début mai, quand la sève aura une poussée forte, que l’on pourra voir s’il y a du bois mort », résume Gaby Savoye.

« Rien de dramatique, tempère cependant Caroline Respaud, nous restons dans une année moyenne et la chaleur relancerait le développement, même si la météo prévisionnelle des prochains jours n’est pas positive. » Avec le risque d’un gel de printemps…

D. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gel de printemps
3000 ha touchés à 100 % en Champagne

Publié le 16 mai 2012

Bourgogne-Beaujolais
Baptême commercial de l’AOC Coteaux bourguignons

Publié le 15 mai 2012

Vallée du Rhône
Le grenache victime du gel hivernal

Publié le 14 mai 2012

Gel d’hiver
Vers une reconnaissance de calamité agricole dans le Beaujolais

Publié le 11 mai 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin