Actualités viticoles

Beaujolais Des vols de greffes recensés

Publié le vendredi 24 mai 2013 - 14h32

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le Beaujolais subit ses premiers vols de plants, phénomène jusque-là absent de la région, et ce alors que l’on complante beaucoup cette année pour remplacer les pieds victimes de la vague de froid de l’hiver 2011-2012.

Richard Rottiers, vigneron installé à Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire), a été victime d'un vol de plants. © D. BESSON

Richard Rottiers, vigneron installé à Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire), a été victime d'un vol de plants. © D. BESSON

L’une des premières victimes de ces récents vols de plants dans le Beaujolais est Sylvie Dufaître-Genin, exploitante à Odenas (Rhône). « Après le week-end de l’Ascension, j’ai découvert que soixante plants avaient été volés sur une parcelle de brouilly, presque la totalité de ce que mon employé avait planté fin avril. J’étais furieuse, c’est une demi-journée de travail perdue, sans compter l’année supplémentaire sans récolte, je ne replanterai pas immédiatement, je suis trop énervée. »

Après la Pentecôte, c'est au tour de Richard Rottiers, jeune vigneron installé à Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire), de s’apercevoir qu’une de ses parcelles de moulin-à-vent avait été visitée. « On m’a volé quatre-vingts pieds plantés trois semaines plus tôt, c’est sans doute arrivé pendant le week-end de la Pentecôte, dans une vigne assez isolée. J’avais planté environ 1 500 pieds en rebrochage (complantation, NDLR) dans cette parcelle. J’ai l’impression que le vol a eu lieu de nuit : seuls les pieds dotés d’un piquet, plus visibles, ont été volés. C’est un préjudice de 300 euros, ce n’est pas grand-chose, mais il faut rajouter le temps passé. »

Lui aussi devra aussi absorber le manque à gagner d’une année supplémentaire sans récolte sur les pieds concernés. Et, comme sa consœur d’Odenas, Richard Rottiers n’a pas porté plainte. « Une perte de temps, sans réel espoir de trouver quelque chose. »

Reste, pour tous les deux, cette désagréable impression que « c’est sans doute un vigneron qui est l’auteur des faits, constate Sylvie Dufaître-Genin. Vu le nombre de plants volés, ce n’est pas un particulier ».

D. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vouvray
Des vignes dévastées par un orage de grêle

Publié le 17 juin 2013

Bordeaux
Le château Haut-Chaigneau chasse les lapins

Publié le 03 juin 2013

Bourgogne
Des pompes dans les vignes pour vider l’eau

Publié le 07 mai 2013

Travail dans les vignes
Galère dans les sols détrempés

Publié le 17 avril 2013

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin