Actualités viticoles

Aude Un viticulteur et la CGT s’affrontent devant les tribunaux

Publié le vendredi 22 novembre 2013 - 13h42

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Trois saisonniers portugais, soutenus par la CGT, dénoncent leurs conditions de travail au domaine la Combe Grande, propriété de Jacques Tibie. Ce dernier réfute ces accusations. Son avocat a même déposé plainte contre ces trois personnes et la CGT pour extorsion de fonds.

Jacques Tibie est un viticulteur, propriétaire du domaine la Combe Grande, à Camplong-d’Aude (Aude). En avril dernier, il se résout à faire trois chèques d’un montant total de 30 000 euros à trois de ses saisonniers portugais, qui lui réclament le paiement d’heures de travail non comptabilisées.

« Mon client est tombé dans une embuscade. Il a été terrorisé par des syndicalistes qui l’ont menacé, lui faisant craindre qu’il ne pourrait plus vendre son vin s’il refusait de payer. C’est une attitude inacceptable. D’autant plus que mon client est un homme vulnérable, qui se remettait tout juste d’un cancer au moment des faits », tonne Stéphane Cabée, l’avocat de Jacques Tibie.

Selon la CGT qui les défend, les saisonniers portugais ont travaillé 250 heures par mois pour tailler les vignes de Jacques Tibie entre décembre 2012 et mars 2013. Or, ce dernier ne les aurait payés et déclarés que pour 70 heures par mois. Les salariés affirment avoir travaillé « huit ou neuf heures par jour, du dimanche au dimanche, sauf les jours de pluie ». Selon eux, la compagne de l’un des saisonniers a, quant à elle, cumulé 400 heures de travail de ménage.

Des affirmations que réfute en bloc Me Cabée. « En fait, Jacques Tibie avait employé une équipe de neuf tailleurs. Les heures qu’il a déclarées pour tous ces saisonniers représentent déjà 245 000 pieds, alors que sa propriété n’en compte que 210 000. De plus, Jacques Tibie et sa fille ont également taillé leurs vignes. » Selon l’avocat, ce simple calcul prouve que les trois salariés n’ont pas pu être employés pendant 250 heures par mois chez le viticulteur.

La CGT contre-attaque

L’avocat souligne également que seuls trois des neufs salariés ont réclamé le paiement d’heures additionnelles, alors que tous ont effectué le même travail.

« La CGT se trompe de cible. Si ces saisonniers ont effectué toutes ces heures de taille, ce n’est pas chez Jacques Tibie », assène l’avocat narbonnais.

Les trois salariés ont bien touché 30 000 euros de Jacques Tibie. Mais ils n’ont pas obtenu les bulletins de salaires correspondants. En juin dernier, avec la CGT, ils ont porté l’affaire devant le conseil des Prud’hommes, qui a jugé irrecevable leur plainte en référé.

L’affaire se poursuit au pénal. Jacques Tibie a déposé plainte contre la CGT et les trois salariés portugais pour extorsion de fonds.

En réponse à cette attaque, la CGT vient d’annoncer qu’elle allait déposer plainte pour accusation mensongère, propos racistes et travail dissimulé. Une enquête de gendarmerie est en cours pour tirer cette ténébreuse affaire au clair.

Michèle Trévoux

Ces articles peuvent également vous intéresser

Côte-d'Or
Poursuivi pour refus de traiter contre la cicadelle de la flavescence dorée

Publié le 26 novembre 2013

Bordeaux
Un job dating pour trouver chaussure à son pied

Publié le 15 novembre 2013

Val de Loire 
Cloé, 21 ans, compagnon du devoir… en viticulture

Publié le 22 octobre 2013

Champagne
La générosité se paie cher

Publié le 04 octobre 2013

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin