Actualités viticoles

Aquitaine Mariage en vue entre Bergerac et Duras

Publié le jeudi 19 décembre 2013 - 16h45

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’interprofession des vins de Bergerac (Dordogne) et celle de Duras (Lot-et-Garonne) ont décidé de s’unir. Les deux instances travaillent à la mise en place d’un cadre juridique qui viendra sceller ce rapprochement.

Et si l’interprofession des vins de Duras (Lot-et-Garonne) et de Bergerac (Dordogne) ne faisant plus qu’un ? Le scénario se peaufine.

« Si nous voulons exister vraiment, nous devons représenter un poids conséquent. Nous avons besoin d’avoir des structures qui pèsent politiquement. Sans compter que la mutualisation des moyens techniques et financiers et des compétences devient nécessaire », explique Vincent Bergeon, directeur du Conseil interprofessionnel des vins de la région de Bergerac (CIVRB).

Alain Tingaud, le président de l’Union interprofessionnelle des vins de côtes de Duras, ne dit pas autre chose : « Nous devons augmenter notre masse critique pour créer une interprofession forte dans laquelle nous pourrons entreprendre des actions d’ampleur. » Reste à savoir quelle forme juridique prendra ce rapprochement.

Duras a déjà voté

« Nous étudions le cadre juridique qui convient. Celui qui apparaît comme le plus facile serait l’intégration de Duras dans Bergerac », indique Vincent Bergeon. Et d‘avertir : « Nous sommes amoureux, mais il convient de bien regarder le contrat de mariage avant de s’unir. »

En clair, la création d’une nouvelle interprofession signifierait que Bergerac amènerait dans la corbeille de mariée son patrimoine, à savoir un superbe bâtiment à Bergerac, le couvent des Récollets, construit en 1630, et un pole viticole. Ce n’est pas rien. Alors autant bien réfléchir avant de s’engager.

Le 11 décembre dernier, l’assemblée générale de l’interprofession des côtes de Duras a voté à l’unanimité son souhait de fusionner avec Bergerac pour ne former qu’une seule interprofession. Le 28 janvier prochain, ce sera au tour de l’interprofession de Bergerac, réunie en assemblée générale, de se prononcer.

Marmande tenté par le projet

Le rapprochement baptisé Conseil interprofessionnel Bergerac Duras (CIBD) devrait être opérationnel au 1er août 2014. Aux 11 000 ha et 500 000 hl de Bergerac viendraient s’ajouter les 1 524 ha et 75 891 hl de côtes de Duras. À terme, le projet se veut plus ambitieux, puisqu’il propose aux vignobles de Marmande et de Buzet de rejoindre le CIBD.

Rien n’est fait. « Le vignoble de Marmande serait prêt à nous rejoindre », indique Alain Tingaud. Celui de Buzet ne verrait pas l’intérêt d’un tel rapprochement. En attendant, des partenariats se nouent sur le terrain.

Du 24 au 26 février 2014, au salon Vinisud, les vins de Duras, Marmande, Buzet (Lot-et-Garonne) et Bergerac se retrouveront sur un stand du Sud-Ouest de 800 m². Tout comme ils seront au salon ProWein, en Allemagne, du 23 au 25 mars prochain.

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Communication
Bergerac s’allie à l’interprofession des vins du Sud-Ouest

Publié le 15 janvier 2014

Bourgogne 
Nouveau tandem à la tête de l’interprofession

Publié le 18 décembre 2013

Bordeaux 
Mise en place d’une assurance récolte bon marché

Publié le 17 décembre 2013

Bergerac 
Gros manque à gagner après la petite récolte

Publié le 03 décembre 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin