Actualités viticoles

Aquitaine La Safer va aider les coopératives à garder leur potentiel

Publié le vendredi 30 mai 2014 - 16h00

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La Safer Aquitaine Atlantique vient de signer une convention avec la Fédération des caves coopératives d’Aquitaine. Elle va acheter les terres de coopérateurs sans successeurs et les porter le temps de trouver un repreneur.

« Personne n’a pris à bras-le-corps la problématique des viticulteurs sans successeurs. Il faut bien comprendre que dans le secteur agricole, le dernier recensement, en 2011, fait apparaître qu’un quart des surfaces agricoles exploitées par des agriculteurs de plus de 50 ans n’ont pas de successeurs », affirme Pierre Pouget, directeur général de la Safer Aquitaine Atlantique.

Cet organisme s’attaque au problème. Il se réjouit d’avoir signé, le 28 mai dernier, une convention cadre avec la Fédération des caves coopératives d’Aquitaine, (25 % de la production de l’Aquitaine, 75 000 adhérents, 37 000 ha de vignes).

Quels en sont les contours ? Il s’agit d’anticiper les départs à la retraite des coopérateurs sans successeurs. Pour cela, la Safer va repérer les libérations foncières et racheter les terres concernées. Ensuite, « nous nous donnons trois ans pour chercher de jeunes vignerons susceptibles de s’installer », indique Pierre Pouget.

Ces repreneurs deviendront fermiers. Ils vont payer un loyer à la Safer pendant cinq ans. Au bout des cinq ans, la Safer rétrocédera les terres au fermier. Le fermage versé par ce dernier venant en déduction du prix de vente. Les frais de portage sont assumés par la Safer et la coopérative. Le conseil général de la Gironde participe également à ces frais de portage à hauteur d’un coût annuel de 8 000 €.

Fin 2013, la Safer a affecté quatre millions d’euros à cette opération.

La coopérative girondine de Tutiac sera la première coopérative à signer une convention avec la Safer dans les prochains jours. D’autres coopératives sont candidates comme la cave de Crouseilles, dans les Pyrénées-Atlantiques, celle de Tursan, dans les Landes.

Au total, une demi-douzaine de coops seraient prêtes à signer de telles conventions. « Je suis plutôt optimiste sur le nombre de coopératives qui pourraient se lancer dans ces conventions, car c’est une question de survie pour elles. Elles doivent maintenir leurs apports », souligne Pierre Pouget.


 

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vallée du Rhône 
Union prononcée entre Beaumes-de-Venise et Vacqueyras

Publié le 25 juin 2014

Languedoc
Rebond du marché du foncier viticole

Publié le 10 juin 2014

Marché des vignes 
Négociants et coops investissent de plus en plus

Publié le 28 mai 2014

Languedoc
La faillite du négociant SDVA sème l’inquiétude chez les vignerons

Publié le 14 mai 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin