Actualités viticoles

Anjou Sauver le soldat chenin

Publié le lundi 31 août 2015 - 15h48

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Il est né dans le Val de Loire. Rabelais le citait déjà en 1534. Un colloque a été consacré au chenin ce vendredi 28 août, à Faye-d’Anjou (Maine-et-Loire), dans l’espoir de trouver un nouvel élan pour ce cépage.

Le chenin cherche un nouvel élan. ©P.TOUCHAIS

Le chenin cherche un nouvel élan. ©P.TOUCHAIS

En mal de reconnaissance, le chenin ? C’est ce que pensent certains producteurs angevins à l’origine du colloque, vendredi 28 août, sur l’un des cépages les plus identitaires du Val de Loire. Capable de produire des vins à bulles comme de grands liquoreux, « le chenin fait partie des rares cépages à être plus implanté en dehors de son pays d’origine », soulignait Raphaël Schirmer, géographe à l’université de Bordeaux.

Il est en effet deux fois plus présent en Afrique du Sud (18 500 ha) qu’en France (9 800 ha, dont 9 000 en Val de Loire et 500 ha en Languedoc-Roussillon, notamment à Limoux). Le chenin n’a pas été considéré comme un axe stratégique de développement par un pays, comme l’a été le malbec en Argentine, par exemple. « L’Afrique du Sud n’a pas joué le rôle de locomotive pour tirer ce cépage à l’international », poursuit Raphaël Schirmer.

Vincent Carême explique pourquoi. Ce vigneron de Vouvray participe tous les ans à des vinifications de chenin dans un domaine de 1 000 ha en Afrique du Sud. « Sur l’ensemble des surfaces, la moitié est distillée pour des brandies. La partie destinée aux vins est mal valorisée car elle est vendue en vrac. »

Et dans le reste du monde, il est en perte de vitesse, comme aux États-Unis (environ 3 000 ha) et en Argentine (2 400 ha).

LE CHENIN CÈDE LA PLACE AU CABERNET

« Au moins, le chenin a la chance de n’avoir jamais été vraiment à la mode. Il ne risque pas d’être démodé… », souriait Raphaël Schirmer. Le vigneron angevin Patrick Baudouin, président de l’appellation Anjou blanc, aimerait pourtant qu’il (re)devienne à la mode. À l’origine de cette journée d’étude, il est inquiet de la disparition des surfaces de chenin en Anjou au profit du cabernet.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le vignoble était blanc. Les cépages rouges apparus à cette époque l’ont peu à peu grignoté et pèsent désormais 9 000 ha, contre 5 000 pour le chenin.

Les marchés ont évolué, et aujourd’hui, les vignerons ont besoin d’adapter leur production. « Les liquoreux sont en mutation, les secs ont besoin de reconnaissance, a analysé Patrick Baudouin, qui cherche à mieux valoriser les vins secs pour maintenir les surfaces. Il faut trouver un modèle économique pour le maintien du chenin en Anjou. » L’une des pistes serait de faire reconnaître des crus, à l’image du vignoble bourguignon. La réflexion est initiée, mais le chantier est vaste.

Patrick Touchais
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Indre-et-Loire
La grêle a fait plus de peur que de mal

Publié le 12 juin 2014

Anjou
Gros succès pour une cuvée vieillie en mer

Publié le 09 décembre 2013

Val de Loire 
L’enrichissement revu à la hausse en raison du mauvais temps

Publié le 04 octobre 2013

Curiosité
Une attaque de cigariers en Anjou-Saumur

Publié le 28 mai 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin