Actualités viticoles

Anjou Grands écarts dans les coûts de production

Publié le vendredi 29 juin 2012 - 16h15

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

En Anjou, les coûts de production d’une bouteille d’une même appellation peuvent passer du simple au triple, selon une étude récemment publiée par le CER France 49. L’analyse des chiffres a porté sur l’année 2010 dans 300 exploitations du Maine-et-Loire cultivant 2 500 ha de vignes, soit quelque 150 000 hl produits.

Quatre appellations représentatives du vignoble angevin ont été décortiquées : un rosé, le cabernet d’Anjou, un vin à bulles, le crémant de Loire, un liquoreux, le coteaux du Layon, et un rouge, le saumur-champigny. Cette palette offre ainsi une diversité dans les couleurs, les rendements et les modes de récolte.

Le coût de production d’une bouteille d’AOC cabernet d’Anjou s’établit à 1,45 euro HT pour le quart inférieur des exploitations auditées, contre 4,40 euros pour le quart supérieur. En moyenne, le coût est de 2,30 euros le col.

Dans l’AOC Crémant de Loire, dont la récolte est obligatoirement manuelle, le coût oscille entre 2,60 et 5,20 euros, avec une moyenne à 3,25 euros.

Dans l’AOC Coteaux du Layon, où la vendange s’effectue aussi manuellement, les coûts vont de 2 à 5,10 euros, avec une moyenne à 3,35 euros.

Enfin, en AOC Saumur-Champigny, les coûts s’étalent de 1,50 à 4,80 euros, avec la plus basse moyenne des quatre appellations analysées, à 2,20 euros la bouteille. « Les facteurs les plus influents sont les rendements, l’amortissement des investissements et la main-d’œuvre », souligne Julien Mallon, conseiller viticole au CER 49.

Parallèlement, le CER a examiné les prix de ventes de ces mêmes bouteilles, qui présentent également une grande disparité. « On voit des prix fixés sans analyse réelle des coûts de production. Par exemple, certains viticulteurs ont des bouteilles invendues car trop chères alors qu’elles ont été produites à faible coût. Cette étude montre globalement de grands écarts dans les exploitations. On ne trouve pas de profil type. Il y a aussi de meilleurs gestionnaires que d’autres… »

P. T.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vin et santé 
7 % de la population intolérante au vin

Publié le 12 juillet 2012

Vente de vin en ligne 
« Un marché en pleine expansion mais encore marginal »

Publié le 09 juillet 2012

Intempéries 
La grêle s’abat sur le Saumurois

Publié le 04 juin 2012

Étude
Les femmes font les courses, les hommes choisissent le vin

Publié le 20 avril 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin