Actualités viticoles

Anjou  Des terres d’AOC « sanctuarisées » par une Zap

Publié le jeudi 10 avril 2014 - 17h34

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Un accord entre la profession viticole et les élus a permis de créer une zone agricole protégée (Zap) en Anjou.

Au sud d’Angers, ces vignes sont désormais protégées d’une éventuelle extension de la zone artisanale. © P. TOUCHAIS

Au sud d’Angers, ces vignes sont désormais protégées d’une éventuelle extension de la zone artisanale. © P. TOUCHAIS

235 ha, dont 200 plantés, classés en appellation Anjou, Anjou-Villages Brissac et Coteaux de l’Aubance viennent d’être protégés de l’urbanisation au sud d’Angers (Maine-et-Loire) par la création d’une Zap (zone agricole protégée).

« On sanctuarise cet espace viticole », insiste le président de l’agglomération d’Angers, Jean-Claude Antonini, signataire de l’accord, tout en reconnaissant que les choses n’ont pas été simples. Le dossier est en effet source de conflit entre la profession viticole et les élus politiques depuis plus de vingt ans. Il aura fallu quatre ans de discussions pour le faire aboutir.

Contrairement à beaucoup d’autres zones périurbaines, ce territoire partagé entre trois communes (Juigné-sur-Loire, Mûrs-Erigné et Saint-Melaine sur Aubance) ne subissait pas la pression de l’habitat mais celle d’une zone artisanale qui voulait s’agrandir.

« PROTÉGER LES TERRES SANS EMPÊCHER LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE »

Pour parvenir à cet accord, la viticulture a dû « lâcher » quelques hectares non plantés à quelques kilomètres de là pour permettre la création d’une nouvelle zone d’activité. « Ça a été un long travail syndical, souligne Patrice Laurendeau, président de la Fédération viticole de l’Anjou, qui a mené les négociations. Nous avons réussi à protéger les terres d’appellation, sans empêcher le développement économique de la région. »

Instaurées par la loi d’orientation agricole de 1999, les Zap permettent de sauvegarder durablement des terres lors des révisions des plans locaux d’urbanisme (PLU). Elles sont officialisées par arrêté préfectoral. En France, une trentaine de Zap ont été signées, protégeant 16 000 ha. Une autre trentaine est en cours de négociations.

Patrick Touchais

Ces articles peuvent également vous intéresser

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin