Actualités viticoles

Alsace Un groupe de dissidents monte au créneau

Publié le jeudi 17 janvier 2013 - 15h36

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le tout nouveau groupe transversal de réflexion Alsace 2015 (GTR Alsace 2015) rassemble une dizaine de professionnels viticoles mécontents de leurs organisations professionnelles. Selon eux, l’état de santé de la viticulture alsacienne est très préoccupant.

Les membres du groupe transversal de réflexion Alsace 2015 : Marc Tempé, Pierre Gassmann, Vincent Fleith, Francis Burn, Jean-Pierre Frick, Jean-Michel Deiss, Jean-Claude Rieflé et Philippe Blanck (de gauche à droite). © C. REIBEL

Les membres du groupe transversal de réflexion Alsace 2015 : Marc Tempé, Pierre Gassmann, Vincent Fleith, Francis Burn, Jean-Pierre Frick, Jean-Michel Deiss, Jean-Claude Rieflé et Philippe Blanck (de gauche à droite). © C. REIBEL

Créé fin 2012, le GTR Alsace 2015 rassemble une dizaine de viticulteurs, négociants ou vendeurs de raisins. Il se veut « apolitique et non syndical ». Il s’est manifesté pour la première fois en invitant les représentants de l’État, les élus locaux et les professionnels à une « cérémonie de vœux » 2013 fixée au 16 janvier.

Les officiels ne s’étant pas déplacés, ce rendez-vous a, au final, tourné à un face-à-face avec les dirigeants de l’Association des viticulteurs d’Alsace (Ava) − le syndicat qui représente les producteurs de l’appellation − et deux salariés du Conseil interprofessionnel des vins d’Alsace.

Le GTR Alsace 2015 fait une sombre analyse de la situation, laquelle est consultable sur son blog. Les membres du groupe, dont certains occupaient il y a peu des responsabilités au sein de l’Ava, pointent ainsi la « paupérisation rampante » des entreprises résultant d’une valorisation insuffisante de leurs vins et « le déficit patent de notoriété des vins d’Alsace ».

Ils dénoncent la pression des contrôles de l’organisme d’inspection (OIAL) et l’hégémonie de la grande distribution sur les choix de l’appellation. Ils durcissent le ton pour fustiger une hiérarchisation en panne, l’absence de vision à court, moyen et long terme de l’Ava en l’accusant de ne pas suffisamment défendre l’appellation et de fonctionner de manière opaque.

« Le modèle actuel est ringard », a résumé Jean-Michel Deiss, l’un des membres du GTR Alsace 2015, en revendiquant une meilleure prise en compte de la « pluralité des opinions ».

La tension, palpable en début de réunion, est retombée d’un cran à l’issue de la réponse de Jérôme Bauer. Le président de l’Ava a joué l’apaisement en se déclarant ouvert au dialogue. Il a assuré au GTR Alsace 2015 que l’Ava travaille « sur la plupart des thématiques abordées par le groupe ». Des propositions sur la hiérarchisation doivent notamment être présentées aux présidents des syndicats viticoles le 24 janvier.

C. R.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Alsace
Lucien Albrecht SA repris par la coopérative Wolfberger

Publié le 14 novembre 2012

Inao
Deux nouvelles AOC communales pour l'Alsace

Publié le 09 novembre 2012

Alsace
Deux candidats à la reprise de Lucien Albrecht SA

Publié le 02 novembre 2012

Alsace
Près de 10 % du vignoble est engagé dans Agri Confiance

Publié le 18 septembre 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin